Podcasts sur l'histoire

Enuma Elish - L'épopée babylonienne de la création - Texte intégral

Enuma Elish - L'épopée babylonienne de la création - Texte intégral

L'Enuma Elish (également connu sous le nom de Les sept tablettes de la création) est le mythe de la création mésopotamienne dont le titre est dérivé des premières lignes de la pièce, "When on High". Le mythe raconte l'histoire de la victoire du grand dieu Marduk sur les forces du chaos et son rétablissement de l'ordre lors de la création du monde.

Toutes les tablettes contenant le mythe, trouvées à Ashur, Kish, la bibliothèque d'Assurbanipal à Ninive, Sultantepe, et d'autres sites fouillés, datent d'env. 1200 avant notre ère mais leurs colophons indiquent que ce sont toutes des copies d'une version beaucoup plus ancienne du mythe datant de bien avant la chute de Sumer en c. 1750 avant notre ère.

Comme Marduk, le champion des jeunes dieux dans leur guerre contre Tiamat, est d'origine babylonienne, le sumérien Ea/Enki ou Enlil aurait joué le rôle majeur dans la version originale de l'histoire. La copie trouvée à Assur a le dieu Assur dans le rôle principal comme c'était la coutume des villes de Mésopotamie. Le dieu de chaque ville a toujours été considéré comme le meilleur et le plus puissant. Marduk, le dieu de Babylone, n'occupe qu'une place aussi importante que lui dans l'histoire, car la plupart des copies trouvées proviennent de scribes babyloniens. Même ainsi, Ea joue toujours un rôle important dans la version babylonienne de l'Enuma Elish en créant des êtres humains.

Résumé de l'histoire

L'histoire, l'une des plus anciennes, sinon la plus ancienne du monde, concerne la naissance des dieux et la création de l'univers et des êtres humains. Au début, il n'y avait que de l'eau indifférenciée tourbillonnant dans le chaos. De ce tourbillon, les eaux se divisèrent en eau douce et douce, connue sous le nom de dieu Apsu, et en eau salée amère, la déesse Tiamat. Une fois différenciées, l'union de ces deux entités a donné naissance aux dieux plus jeunes.

L'histoire, l'une des plus anciennes, sinon la plus ancienne du monde, concerne la naissance des dieux & la création de l'univers & des êtres humains.

Ces jeunes dieux, cependant, étaient extrêmement bruyants, troublant le sommeil d'Apsu la nuit et le distrayant de son travail le jour. Sur les conseils de son vizir, Mummu, Apsu décide de tuer les plus jeunes dieux. Tiamat, entendant parler de leur plan, avertit son fils aîné, Enki (parfois Ea) et il endort Apsu et le tue. A partir des restes d'Apsu, Enki crée sa maison.

Vous aimez l'histoire ?

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite !

Tiamat, autrefois la partisane des dieux plus jeunes, est maintenant furieuse qu'ils aient tué son compagnon. Elle consulte le dieu Quingu, qui lui conseille de faire la guerre aux dieux plus jeunes. Tiamat récompense Quingu avec les tablettes du destin, qui légitiment le règne d'un dieu et contrôlent les destins, et il les porte fièrement comme un plastron. Avec Quingu comme champion, Tiamat invoque les forces du chaos et crée onze monstres horribles pour détruire ses enfants.

Ea, Enki et les dieux plus jeunes se battent contre Tiamat en vain jusqu'à ce que, parmi eux, émerge le champion Marduk qui jure qu'il va vaincre Tiamat. Marduk bat Quingu et tue Tiamat en lui tirant une flèche qui la divise en deux ; de ses yeux coulent les eaux du Tigre et de l'Euphrate. À partir du cadavre de Tiamat, Marduk crée les cieux et la terre, il nomme des dieux à divers devoirs et lie les onze créatures de Tiamat à ses pieds comme des trophées (à beaucoup d'adulation des autres dieux) avant de placer leurs images dans sa nouvelle maison. Il prend également les tablettes du destin de Quingu, légitimant ainsi son règne.

Après que les dieux aient fini de le louer pour sa grande victoire et l'art de sa création, Marduk consulte le dieu Ea (le dieu de la sagesse) et décide de créer des êtres humains à partir des restes de celui des dieux qui a incité Tiamat à la guerre. Quingu est accusé d'être coupable et tué et, de son sang, Ea crée Lullu, le premier homme, pour aider les dieux dans leur tâche éternelle de maintenir l'ordre et de garder le chaos à distance.

Comme le poème le formule, "Ea a créé l'humanité/à qui il a imposé le service des dieux, et a rendu les dieux libres" (tablette VI.33-34). Suite à cela, Marduk « organisa l'organisation du monde souterrain » et distribua les dieux à leurs postes désignés (tablette VI.43-46). Le poème se termine dans la tablette VII par de longs éloges de Marduk pour ses réalisations.

Commentaire

L'Enuma Elish sera plus tard l'inspiration pour les scribes hébreux qui ont créé le texte maintenant connu sous le nom de Livre biblique de la Genèse. Avant le XIXe siècle de notre ère, la Bible était considérée comme le livre le plus ancien du monde et ses récits étaient considérés comme complètement originaux. Au milieu du XIXe siècle de notre ère, cependant, des musées européens, ainsi que des institutions universitaires et religieuses, ont parrainé des fouilles en Mésopotamie pour trouver des preuves matérielles de la corroboration historique des histoires de la Bible. Ces fouilles ont trouvé tout le contraire, cependant, dans la mesure où, une fois le cunéiforme traduit, il a été compris qu'un certain nombre de récits bibliques étaient d'origine mésopotamienne.

Des histoires célèbres telles que la chute de l'homme et le déluge ont été conçues et écrites à l'origine à Sumer, traduites et modifiées plus tard à Babylone, et retravaillées par les Assyriens avant d'être utilisées par les scribes hébreux pour les versions qui apparaissent dans la Bible. Bien que le paradigme de base des récits bibliques et des histoires mésopotamiennes s'alignent étroitement, il existe encore des différences significatives, comme l'a noté l'érudit Stephen Bertman :

La Genèse et Enuma Elsih sont des textes religieux qui détaillent et célèbrent les origines culturelles : la Genèse décrit l'origine et la fondation du peuple juif sous la direction du Seigneur ; Enuma Elish raconte l'origine et la fondation de Babylone sous la direction du dieu Marduk. Chaque œuvre raconte l'histoire de la création du cosmos et de l'homme. Chaque œuvre commence par décrire le chaos aquatique et les ténèbres primitives qui remplissaient autrefois l'univers. Ensuite, la lumière est créée pour remplacer l'obscurité. Ensuite, les cieux sont faits et en eux des corps célestes sont placés. Enfin, l'homme est créé. Malgré ces similitudes, les deux récits sont plus différents que semblables. (312)

En révisant l'histoire de la création mésopotamienne à leurs propres fins, les scribes hébreux ont resserré le récit et l'accent mais ont conservé le concept de la divinité toute-puissante qui apporte l'ordre du chaos. Marduk, dans l'Enuma Elish, établit l'ordre reconnaissable du monde - tout comme Dieu le fait dans le récit de la Genèse - et les êtres humains sont censés reconnaître ce grand don et honorer la divinité par le service. En Mésopotamie, en fait, on pensait que les humains étaient des collaborateurs des dieux pour maintenir le don de la création et tenir les forces du chaos à distance.

L'Enuma Elish à Babylone

Marduk a pris de l'importance à Babylone sous le règne d'Hammourabi (1792-1750 avant notre ère) et a remplacé la déesse populaire Inanna dans le culte. Pendant le règne d'Hammourabi, en fait, un certain nombre de divinités féminines auparavant populaires ont été remplacées par des dieux masculins. L'Enuma Elish, louant Marduk comme le plus puissant de tous les dieux, est donc devenu de plus en plus populaire à mesure que le dieu lui-même prenait de l'importance et que sa ville de Babylone gagnait en puissance. Le chercheur Jeremy Black écrit :

La montée du culte de Marduk est étroitement liée à la montée politique de Babylone de cité-état à capitale d'un empire. À partir de la période kassite, Marduk est devenu de plus en plus important jusqu'à ce qu'il soit possible pour l'auteur de l'épopée babylonienne de la création de soutenir que non seulement Marduk était le roi de tous les dieux, mais que beaucoup de ces derniers n'étaient que des aspects de sa personnalité. . (128)

L'Enuma Elish a été largement lu et récité dans toute la Mésopotamie, mais était particulièrement important lors du festival du Nouvel An à Babylone. Au cours de cette fête, la statue de Marduk était retirée du temple et, au milieu des fêtards, était promenée dans les rues de la ville, jusqu'aux portes, pour « passer ses vacances » dans une petite maison construite à cet effet. L'Enuma Elish, en particulier, pense-t-on, la louange de la tablette VII, serait chantée ou scandée pendant cette procession.

Le texte d'Enuma Elish

La traduction suivante vient de Histoires de création mésopotamienne par W.G. Lambert et est utilisé sous licence Creative Commons du site Etana :

Enuma Elish (L'épopée babylonienne de la création)

Tablette I

1 Quand les cieux d'en haut n'existaient pas,
2 Et la terre au-dessous n'était pas née,
3 Il y avait Apsû, le premier dans l'ordre, leur géniteur,
4 Et le démiurge Tia-mat, qui les enfanta tous ;
5 Ils avaient mêlé leurs eaux
6 Avant que les prairies aient fusionné et que des roselières fussent trouvées —
7 Quand aucun des dieux n'avait été formé
8 Ou était né, alors qu'aucune destinée n'avait été décrétée,
9 Les dieux ont été créés en eux :
10 Lah(mu et Lah(amu ont été formés et ont vu le jour.
11 Pendant qu'ils grandissaient et grandissaient
12 Anšar et Kišar, qui les surpassaient, furent créés.
13 Ils ont prolongé leurs jours, ils ont multiplié leurs années.
14 Anu, leur fils, pouvait rivaliser avec ses pères.
15 Anu, le fils, égalait Anšar,
16 Et Anu engendra Nudimmud, son propre égal.
17 Nudimmud était le champion parmi ses pères :
18 Profondément perspicace, sage, d'une force robuste;
19 Beaucoup plus fort que le géniteur de son père, Anšar
20 Il n'avait pas de rival parmi les dieux, ses frères.
21 Les frères divins se sont réunis,
22 Leur clameur est devenue forte, jetant Tia-mat dans la tourmente.
23 Ils ont secoué les nerfs de Tia-mat,
24 Et par leur danse, ils semèrent l'alarme à Anduruna.
25 Apsû ne diminua pas leur clameur,
26 Et Tia-mat se tut devant eux.
27 Leur conduite lui déplaît,
28 Pourtant, bien que leur conduite ne fût pas bonne, elle voulait les épargner.
29 Sur quoi Apsû, l'engendre des grands dieux,
30 Appela Mummu, son vizir, et s'adressa à lui,
31 "Vizir Mummu, qui satisfait mon plaisir,
32 Viens, allons à Tia-mat!"
33 Ils allèrent s'asseoir face à Tiamat,
34 Pendant qu'ils discutaient des dieux, leurs fils.
35 Apsû ouvrit la bouche
36 Et adressé Tia-mat
37 "Leur comportement m'est devenu déplaisant
38 Et je ne peux ni me reposer le jour ni dormir la nuit.
39 Je vais détruire et briser leur mode de vie
40 Que le silence règne et que nous dormions."
41 Quand Tia-mat a entendu cela
42 Elle s'emporta et cria à son époux :
43 Elle cria de détresse, fulminant en elle-même,
44 Elle s'affligea du mal (comploté),
45 « Comment pouvons-nous détruire ce à quoi nous avons donné naissance ?
46 Bien que leur comportement cause de la détresse, resserrons gracieusement la discipline."
47 Mummu s'adressa à l'avocat d'Apsû—
48 (À partir de) un vizir rebelle était le conseil de son Mummu—
49 « Détruis, mon père, ce mode de vie sans loi,
50 Afin que vous puissiez vous reposer le jour et dormir la nuit!"
51 Apsû était content de lui, son visage rayonnait
52 Parce qu'il avait comploté le mal contre les dieux, ses fils.
53 Mummu passa ses bras autour du cou d'Apsû,
54 Il s'assit à genoux et l'embrassa.
55 Ce qu'ils ont comploté dans leur rassemblement
56 A été rapporté aux dieux, leurs fils.
57 Les dieux l'entendirent et s'affolèrent.
58 Ils furent envahis par le silence et s'assirent tranquillement.
59 Ea, qui excelle dans la connaissance, l'habile et l'érudit,
60 Ea, qui sait tout, a perçu leurs ruses.
61 Il l'a façonné et l'a rendu universel,
62 Il l'exécuta habilement comme suprême, sa pure incantation.
63 Il le récita et le posa sur les eaux,
64 Il l'endormit alors qu'il dormait profondément.
65 Il endormit Apsû en versant le sommeil,
66 Et Mummu, le conseiller, était essoufflé par l'agitation.
67 Il fendit les tendons (d'Apsû), arracha sa couronne,
68 Emporté son aura et l'a mis sur lui-même.
69 Il lia Apsû et le tua ;
70 Mummu qu'il a confiné et manipulé durement.
71 Il établit sa demeure sur Apsû,
72 Et s'empara de Mummu, gardant la corde du nez à la main.
73 Après qu'Ea eut lié et tué ses ennemis,
74 Avait remporté la victoire sur ses ennemis,
75 Il se reposa tranquillement dans sa chambre,
76 Il l'appela Apsû, dont il nomma les sanctuaires.
77 Puis il y fonda sa demeure,
78 Et Ea et Damkina, sa femme, étaient assis dans la splendeur.
79 Dans la chambre des destinées, la chambre des archétypes,
80 Le plus sage des sages, le sage des dieux, Be-l a été conçu.
81 A Apsû naquit Marduk,
82 Marduk est né dans l'Apsû pur.
83 Ea son père l'engendra,
84 Damkina sa mère l'a enfanté.
85 Il suça les seins des déesses,
86 Une infirmière l'a élevé et l'a rempli de terreur.
87 Sa silhouette était bien développée, le regard de ses yeux était éblouissant,
88 Sa croissance était virile, il était puissant dès le commencement.
89 Anu, le géniteur de son père, le vit,
90 Il exultait et souriait ; son cœur se remplit de joie.
91 Anu le rendit parfait : sa divinité était remarquable,
92 Et il devint très élevé, les surpassant dans ses attributs.
93 Ses membres étaient incroyablement merveilleux,
94 Incapable d'être saisi par l'esprit, difficile même à regarder.
95 Quatre étaient ses yeux, quatre ses oreilles,
96 Une flamme jaillit alors qu'il bougeait ses lèvres.
97 Ses quatre oreilles sont devenues grandes,
93 Et ses yeux de même contemplaient tout.
99 Sa figure était élevée et supérieure en comparaison des dieux,
100 Ses membres se surpassaient, sa nature était supérieure.
101 'Mari-utu, Mari-utu,
102 Le Fils, le dieu-soleil, le dieu-soleil des dieux.'
103 Il était revêtu de l'aura des dix dieux, tant sa force était exaltée,
104 Les Cinquante Dreads étaient chargées sur lui.
105 Anu s'est formé et a donné naissance aux quatre vents,
106 Il les lui livra : « Mon fils, laisse-les tourbillonner !
107 Il forma de la poussière et lança un ouragan pour la chasser,
108 Il fit un signe pour semer la consternation sur Tia-mat.
109 Tia-mat a été confondu ; jour et nuit, elle était folle.
110 Les dieux ne se sont pas reposés, ils . .
111 Dans leur esprit, ils complotaient le mal,
112 Et s'adressant à leur mère Tia-mat,
113 « Quand Apsû, ton épouse, fut tué,
114 Vous n'êtes pas allé à ses côtés, mais vous vous êtes assis tranquillement.
115 Les quatre vents terribles ont été façonnés
116 Pour vous jeter dans la confusion, et nous ne pouvons pas dormir.
117 Tu n'as pas pensé à Apsû, ton épouse,
113 Ni à Mummu, qui est prisonnier. Maintenant, tu es assis seul.
119 Désormais, vous serez dans une consternation frénétique !
120 Et nous qui ne pouvons nous reposer, vous ne nous aimez pas !
121 Considérez notre fardeau, nos yeux sont creux.
122 Brisez le joug immuable afin que nous puissions dormir.
123 Combattez, vengez-les !
124 [ . ] . réduire à néant !
125 Tia-mat entendu, le discours lui plaisait,
126 (Elle a dit,) "Faisons des démons, [comme vous] l'avez conseillé."
127 Les dieux s'assemblèrent en elle.
128 Ils conçurent le [mal] contre les dieux qui les engendraient.
129 Ils . et prit le parti de Tia-mat,
130 Complot féroce, sans repos nuit et jour,
131 La soif de bataille, la rage, l'assaut,
132 Ils ont mis en place un hôte pour provoquer le conflit.
133 Mère H(ubur, qui forme tout,
134 A fourni des armes irrésistibles et a donné naissance à des serpents géants.
135 Ils avaient des dents pointues, ils étaient sans pitié. .
136 Avec du poison au lieu du sang, elle a rempli leurs corps.
137 Elle a revêtu d'effroi les monstres effrayants,
138 Elle les a chargés d'une aura et les a rendus divins.
139 (Elle dit :) « Que leur spectateur périsse faiblement,
140 Puissent-ils constamment faire un bond en avant et ne jamais se retirer."
141 Elle a créé l'Hydre, le Dragon, le Héros Poilu
142 Le Grand Démon, le Chien Sauvage et l'Homme-Scorpion,
143 Démons féroces, l'homme-poisson et l'homme-taureau,
144 Porteurs d'armes impitoyables, intrépides face à la bataille.
145 Ses ordres étaient énormes, auxquels il ne fallait pas résister.
146 En tout, elle en a fait onze de ce genre.
147 Parmi les dieux, ses fils, qu'elle constitua son hôte,
148 Elle exalta Qingu et le magnifia parmi eux.
149 La direction de l'armée, la direction de l'armée,
150 Le port d'armes, les campagnes, la mobilisation des conflits,
151 Le chef du pouvoir exécutif de bataille, commandement suprême,
152 Elle lui confia et le plaça sur un trône,
153 « Je t'ai jeté le sort et je t'ai élevé dans l'armée des dieux,
154 Je vous ai remis le règne de tous les dieux.
155 Tu es vraiment exaltée, mon épouse, tu es renommée,
156 Laissez vos commandements prévaloir sur tous les Anunnaki."
157 Elle lui a donné la Tablette des Destinées et l'a attachée à sa poitrine,
158 (En disant) "Votre ordre ne peut pas être changé; que la parole de votre bouche soit ferme."
159 Après que Qingu fut élevé et eut acquis le pouvoir d'Anuship,
160 Il décréta les destinées des dieux, ses fils :
161 « Que la parole de ta bouche subjugue le dieu du feu,
162 Que votre poison par son accumulation réprime l'agression."

Tablette II

1 Tia-mat a réuni sa création
2 Et une bataille organisée contre les dieux, sa progéniture.
3 Désormais, Tia-mat complota le mal à cause d'Apsû
4 Ea apprit qu'elle avait arrangé le conflit.
5 Ea a entendu cette affaire,
6 Il se tut dans sa chambre et resta immobile.
7 Après qu'il eut réfléchi et que sa colère se fut calmée
8 Il dirigea ses pas vers Anšar, son père.
9 Il entra devant le père de son géniteur, Anšar,
10 Et lui raconta tout le complot de Tia-mat.
11 " Mon père, Tia-mat notre mère a conçu une haine pour nous,
12 Elle a établi un hôte dans sa fureur sauvage.
13 Tous les dieux se sont tournés vers elle,
14 Même ceux que tu as engendrés prennent aussi son parti
15 Ils . et prit le parti de Tia-mat,
16 Complot féroce, sans repos nuit et jour,
17 La soif de bataille, la rage, l'assaut,
18 Ils constituèrent une armée pour provoquer le conflit.
19 Mère H(ubur, qui forme tout,
20 A fourni des armes irrésistibles et a donné naissance à des serpents géants.
21 Ils avaient des dents pointues, ils étaient impitoyables.
22 Elle remplit leurs corps de poison au lieu de sang.
23 Elle a revêtu d'effroi les monstres effrayants,
24 Elle les a chargés d'une aura et les a rendus divins.
25 (Elle dit :) « Que leur spectateur périsse faiblement,
26 Mai, ils font constamment des bonds en avant et ne se retirent jamais."
27 Elle créa l'Hydre, le Dragon, le Héros Poilu,
28 Le Grand Démon, le Chien Sauvage et l'Homme-Scorpion,
29 Démons féroces, l'homme-poisson et l'homme-taureau,
30 Porteurs d'armes impitoyables, intrépides face à la bataille.
31 Ses commandements étaient formidables, auxquels il ne fallait pas résister.
32 Au total, elle a fait onze de ce genre.
33 Parmi les dieux, ses fils, qu'elle a constitués son hôte,
34 Elle exalta Qingu et le magnifia parmi eux.
35 La direction de l'armée, la direction de l'armée,
36 Le port d'armes, les campagnes, la mobilisation des conflits,
37 Le chef du pouvoir exécutif du commandement suprême de bataille,
38 Elle lui confia et le plaça sur un trône.
39 " Je t'ai jeté le sort et je t'ai élevé dans l'armée des dieux,
40 Je vous ai livré la domination de tous les dieux.
41 Tu es vraiment exaltée, mon épouse, tu es renommée,
42 Laissez vos commandements prévaloir sur tous les Anunnaki."
43 Elle lui donna la tablette des Destins et l'attacha à sa poitrine,
44 (En disant) « Votre ordre ne doit pas être changé ; que la parole de votre bouche soit ferme. »
45 Après que Qingu ait été élevé et ait acquis le pouvoir d'Anuship
46 Il décréta les destinées des dieux. ses fils :
47 " Que la parole de ta bouche subjugue le dieu du feu,
48 Que votre poison par son accumulation réprime l'agression."
49 Anšar entendit ; l'affaire était profondément troublante.
50 Il a crié "Malheur!" et se mordit la lèvre.
51 Son cœur était en fureur, son esprit ne pouvait se calmer.
52 Sur Ea, son fils, son cri faiblit.
53 « Mon fils, toi qui as provoqué la guerre,
54 Assumez la responsabilité de tout ce que vous seul avez fait !
55 Tu es parti et tu as tué Apsû,
56 Et quant à Tia-mat, que vous avez rendue furieuse, où est-elle son égale ? »
57 Le rassembleur de conseils, le prince savant,
58 Le créateur de la sagesse, le dieu Nudimmud
59 Avec des mots apaisants et des paroles apaisantes
60 répondit doucement [son] père Anšar
61 " Mon père, esprit profond, qui décrète le destin,
62 Qui a le pouvoir de créer et de détruire,
63 Anšar, esprit profond, qui décrète le destin,
64 Qui a le pouvoir de créer et de détruire,
65 Je veux te dire quelque chose, calme-toi pour moi un instant
66 Et considérez que j'ai accompli une action utile.
67 Avant de tuer Apsû
68 Qui aurait pu voir la situation actuelle ?
69 Avant que j'aie rapidement mis fin à lui
70 Dans quelles circonstances ai-je dû le détruire ?"
71 Anšar entendit, les paroles lui plaisaient.
72 Son cœur se détendit pour parler à Ea,
73 " Mon fils, tes actions sont dignes d'un dieu,
74 Vous êtes capable d'un coup féroce et sans égal . [ . ]
75 Ea, tes actions sont dignes d'un dieu,
76 Vous êtes capable d'un coup féroce et sans égal . ]
77 Va devant Tia-mat et apaise son attaque,
78 . sa fureur avec [votre] incantation."
79 Il entendit le discours d'Anšar, son père,
80 Il prit le chemin vers elle, continua le chemin vers elle.
81 Il s'en alla, il aperçut les ruses de Tia-mat,
82 [Il s'arrêta], se tut et se retourna.
83 [Il] est entré en présence d'auguste Anšar
84 S'adressant à lui avec pénitence,
85 "[Mon père], les actes de Tia-mat sont trop pour moi.
86 J'ai perçu sa planification, et [mon] incantation n'était pas égale (à cela).
87 Sa force est puissante, elle est pleine d'effroi,
88 Elle est tout à fait très forte, personne ne peut aller contre elle.
89 Son cri très fort n'a pas diminué,
90 [J'ai eu peur] de son cri et j'ai fait demi-tour.
91 [Mon père], ne perds pas espoir, envoie une deuxième personne contre elle.
92 Bien que la force d'une femme soit très grande, elle n'est pas égale à celle d'un homme.
93 Dissoudre ses cohortes, briser ses plans
94 Avant qu'elle ne nous impose les mains."
95 Anšar a crié dans une fureur intense,
96 S'adressant à Anu son fils,
97 "Fils honoré, héros, guerrier,
98 Dont la force est puissante, dont l'attaque est irrésistible
99 Hâtez-vous et placez-vous devant Tia-mat,
100 Apaiser sa rage pour que son cœur se détende
101 Si elle n'écoute pas tes paroles,
102 Adressez-lui des paroles de requête afin qu'elle soit apaisée.
103 Il entendit le discours d'Anšar, son père,
104 Il prit le chemin vers elle, continua le chemin vers elle.
105 Anu s'en alla, il aperçut les ruses de Tia-mat,
106 Il s'arrêta, se tut et se retourna.
107 Il entra en présence d'Anšar, le père qui l'avait engendré,
108 S'adressant à lui avec pénitence.
109 "Mon père, les [actes] de Tia-mat sont trop pour moi.
110 J'ai perçu sa planification, mais mon [incantation] n'était pas [égale] (à cela).
111 Sa force est puissante, elle est [pleine] de terreur,
112 Elle est tout à fait très forte, personne [ne peut aller contre elle].
113 Son bruit très fort ne diminue pas,
114 J'ai eu peur de son cri et j'ai fait demi-tour.
115 Mon père, ne perds pas espoir, envoie une autre personne contre elle.
116 Bien que la force d'une femme soit très grande, elle n'est pas égale à celle d'un homme.
117 Dissoudre ses cohortes, briser ses plans,
118 Avant qu'elle ne nous impose les mains."
119 Anšar tomba dans le silence, fixant le sol,
120 Il fit un signe de tête à Ea en secouant la tête.
121 Les Igigi et tous les Anunnaki s'étaient rassemblés,
122 Ils restèrent assis en silence.
123 Aucun dieu n'irait faire face. ]
124 Sortirait contre Tia-mat . ]
125 Pourtant le seigneur Anšar, le père des grands dieux,
126 était en colère dans son cœur, et n'a appelé personne.
127 Un fils puissant, le vengeur de son père,
128 Celui qui s'empresse de faire la guerre, le guerrier Marduk
129 Ea le convoqua dans sa chambre privée
130 Pour lui expliquer ses plans.
131 " Marduk, donne conseil, écoute ton père.
132 Tu es mon fils, qui me donne du plaisir,
133 Va avec révérence devant Anšar,
134 Parle, prends position, apaise-le par ton regard."
135 Be-l se réjouit des paroles de son père,
136 Il s'approcha et se tint en présence d'Anšar.
137 Anšar le vit, le cœur rempli de satisfaction,
138 Il embrassa ses lèvres et fit disparaître sa peur.
139 « Mon [père] ne te tais pas, mais parle,
140 J'irai accomplir vos désirs !
141 [Anšar,] ne te tais pas, mais parle,
142 J'irai accomplir vos désirs !
143 Quel homme a dressé contre vous son arsenal de bataille ?
144 Et Tia-mat, qui est une femme, vous attaquera-t-elle avec (ses) armes ?
145 ["Mon père], engendrant, réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse,
146 Bientôt tu marcheras sur le cou de Tia-mat !
147 [Anšar], engendrant, réjouis-toi et sois dans l'allégresse,
148 Bientôt tu marcheras sur le cou de Tia-mat !
149 [« Va,] mon fils, connaisseur de toute connaissance,
150 Apaisez Tia-mat avec votre sortilège pur.
151 Conduis sans tarder le char des tempêtes,
152 Et avec un [ . ] qui ne peut être repoussé, lui tourne le dos."
153 Be-l se réjouit des paroles de son père,
154 Il s'adressa avec joie à son père,
155 "Seigneur des dieux, Destin des grands dieux,
156 Si je devenais ton vengeur,
157 Si je dois lier Tia-mat et te préserver,
158 Convoquez une assemblée et annoncez-moi une destinée exaltée.
159 Asseyez-vous tous à Upšukkinakku avec joie,
160 Et laissez-moi, par ma parole, décréter les destinées à votre place.
161 Tout ce que j'incite ne doit pas être changé,
162 Mon commandement ne peut pas non plus être annulé ou modifié."

Tablette III

1 Anšar ouvrit la bouche
2 Et s'adressant à Kaka, son vizir,
3 "Vizir Kaka, qui gratifie mon plaisir,
4 Je t'enverrai à Lah(mu et Lah(amu.
5 Vous êtes habile à faire des enquêtes, appris en adresse.
6 Faites venir les dieux, mes pères, devant moi.
7 Que tous les dieux soient amenés,
8 Laissez-les s'entretenir pendant qu'ils sont à table.
9 Qu'ils mangent du blé, qu'ils boivent de la bière,
10 Qu'ils décrétent le sort de Marduk, leur vengeur.
11 Va, va, Kaka, tiens-toi devant eux,
12 Et répétez-leur tout ce que je vous dis :
13 "Anšar, ton fils, m'a envoyé,
14 Et je dois expliquer ses plans.
15-52 = II, 11*-48 (* au lieu de 'Mon père', mettre ''Ainsi,' )
53 J'ai envoyé Anu, mais il ne pouvait pas lui faire face.
54 Nudimmud prit peur et se retira.
55 Marduk, le sage des dieux, ton fils, s'est avancé,
56 Il a décidé de rencontrer Tia-mat.
57 Il m'a parlé et m'a dit :
58-64 = II, 156*-162 (* commencer par des guillemets : "Si )
65 Vite, maintenant, décrétez-lui sans tarder votre destinée,
66 Pour qu'il aille affronter ton puissant ennemi.
67 Kaka est allé. Il a dirigé ses pas
68 À Lah(mu et Lah(amu, les dieux ses pères.
69 Il s'est prosterné, il a baisé la terre devant eux,
70 Il se leva, leur disant qu'il se tenait debout,
71-124 = II, 13-66
125 Quand Lah(h(a et Lah(amu entendirent), ils crièrent à haute voix.
126 Tous les Igigi gémissaient de détresse,
127 « Qu'est-ce qui a mal tourné pour qu'elle ait pris cette décision à notre sujet ?
128 Nous ne savions pas ce que faisait Tia-mat."
129 Tous les grands dieux qui décrètent les destinées
130 Rassemblés au fur et à mesure qu'ils allaient,
131 Ils entrèrent en présence d'Anšar et devinrent remplis de [joie],
132 Ils s'embrassèrent pendant qu'ils . ] dans l'assemblée.
133 Ils discutèrent en se mettant à table,
134 Ils mangeaient du grain, ils buvaient de la bière.
135 Ils passèrent la liqueur douce à travers leurs pailles,
136 Pendant qu'ils buvaient de la bière et se sentaient bien,
137 Ils sont devenus tout à fait insouciants, leur humeur était joyeuse,
138 Et ils décrétèrent le sort de Marduk, leur vengeur.

Tablette IV

1 Ils lui ont dressé une estrade seigneuriale
2 Et il s'assit devant ses pères pour recevoir la royauté.
3 (Ils dirent :) « Tu es le plus honoré des grands dieux,
4 Votre destin est sans égal, votre commandement est comme celui d'Anu.
5 Marduk, tu es le plus honoré des grands dieux,
6 Ton destin est sans égal, ton commandement est comme celui d'Anu.
7 Désormais, votre commande ne sera pas annulée,
8 Il est en votre pouvoir d'exalter et d'abaisser.
9 Ta parole est sûre, ton commandement ne peut être révolté,
10 Aucun des dieux ne transgressera la ligne que vous tracez.
11 Les sanctuaires de tous les dieux ont besoin d'être approvisionnés,
12 afin que vous soyez établis là où sont leurs sanctuaires.
13 Tu es Marduk, notre vengeur,
14 Nous vous avons donné la royauté sur la somme de tout l'univers.
15 Asseyez-vous dans l'assemblée, que votre parole soit exaltée,
16 Que vos armes ne manquent pas la cible, mais qu'elles tuent vos ennemis.
17 Be-l, épargne celui qui se confie en toi,
18 Mais détruis le dieu qui s'attache au mal."
19 Ils ont placé une constellation au milieu
20 Et s'adressant à Marduk, leur fils,
21 "Ta destinée, Be-l, est supérieure à celle de tous les dieux,
22 Commandez et provoquez l'annihilation et la recréation.
23 Que la constellation disparaisse à ta parole,
24 Avec une deuxième commande, la constellation réapparaît."
25 Il donna l'ordre et la constellation disparut,
26 Avec un deuxième ordre, la constellation est réapparue.
27 Quand les dieux, ses pères, virent (l'effet de) sa parole,
28 Ils se réjouirent et se félicitèrent : « Marduk est le roi !
29 Ils lui ajoutèrent une masse, un trône et une verge,
30 Ils lui donnèrent une arme irrésistible qui accable l'ennemi :
31 (Ils ont dit,) "Allez, coupez la gorge de Tia-mat,
32 Et que les vents emportent son sang pour annoncer la nouvelle.
33 Les dieux, ses pères, décrétèrent la destinée de Be-l,
34 Et le mets sur la route, la voie de la prospérité et du succès.
35 Il façonna un arc et en fit son arme,
36 Il mit une flèche en place, mit la corde de l'arc.
37 Il prit sa massue et la tint dans sa main droite,
38 Son arc et son carquois étaient suspendus à son côté.
39 Il plaça l'éclair devant lui,
40 Et rempli son corps de langues de feu.
41 Il fit un filet pour emprisonner les entrailles de Tia-mat,
42 Et posté les quatre vents qu'aucune partie de son évasion.
43 Le vent du sud, le vent du nord, le vent d'est, le vent d'ouest,
44 Il mit à côté de son filet les vents donnés par son père Anu.
45 Il a façonné le vent mauvais, la tempête de poussière, la tempête,
46 Le vent quadruple, le vent septuple, le vent qui répand le chaos, le . .Vent.
47 Il envoya les sept vents qu'il avait façonnés,
48 Et ils prirent position derrière lui pour harceler les entrailles de Tia-mat.
49 Be-l prit le Déluge, sa grande arme,
50 Il chevauchait le char effrayant de la tempête irrésistible.
51 Il y attacha quatre chevaux et les attela à lui,
52 Le Destructeur, L'Impitoyable, Le Piétineur, La Flotte.
53 Leurs lèvres étaient entrouvertes, leurs dents portaient du venin,
54 Ils étaient étrangers à la lassitude, entraînés à déferler.
55 A sa droite, il plaça des batailles et des luttes acharnées,
56 A gauche, conflit qui submerge une bataille unie.
57 Il était vêtu d'une tunique, une cotte de mailles effrayante,
58 Et sur la tête, il portait une aura de terreur.
59 Be-l continua et se mit en route,
60 Il dirigea son visage vers le Tia-mat déchaîné.
61 Dans ses lèvres il tenait un sort,
62 Il saisit dans sa main une plante pour contrer le poison,
63 Là-dessus, ils se mirent à broyer autour de lui, les dieux se mirent à broyer autour de lui,
64 Les dieux, ses pères, se sont massés autour de lui, les dieux se sont massés autour de lui.
65 Be-l s'approcha, inspectant la gueule de Tia-mat,
66 Il a observé les ruses de Qingu, son épouse.
67 En regardant, il perdit son sang-froid,
68 Sa détermination a disparu et il a vacillé.
69 Ses divins aides, qui marchaient à ses côtés,
70 J'ai vu le guerrier, le premier, et leur vision s'est obscurcie.
71 Tia-mat jeta son sort sans lui tourner le cou,
72 Dans ses lèvres elle tenait le mensonge et le mensonge,
73 "[ . .
74 Dans leur [ . ils se sont réunis par vous.
75 Be-l [souleva] le Déluge, sa grande arme,
76 Et avec ces mots le jeta sur le Tia-mat déchaîné,
77 "Pourquoi es-tu agressif et arrogant,
78 Et s'efforcer de provoquer la bataille?
79 La jeune génération a crié, outrageant ses aînés,
80 Mais toi, leur mère, méprise-toi.
81 Qingu que vous avez nommé pour être votre conjoint,
82 Et vous l'avez indûment nommé au rang d'Anuship.
83 Contre Anšar, roi des dieux, tu as semé le trouble,
84 Et contre les dieux, mes pères, votre peine est établie.
85 Déployez vos troupes, ceignez vos armes,
86 Toi et moi, nous prendrons position et nous nous battrons. »
87 Quand Tia-mat a entendu cela
88 Elle est devenue folle et a perdu la raison.
89 Tia-mat cria à haute voix et férocement,
90 Tous ses membres inférieurs tremblaient sous elle.
91 Elle récitait une incantation, récitait sans cesse son sortilège,
92 Pendant que les dieux (de bataille) aiguisaient leurs armes de guerre.
93 Tia-mat et Marduk, le sage des dieux, se sont réunis,
94 Rejoindre le conflit, s'approcher de la bataille.
95 Be-l étendit son filet et l'emmêla ;
96 Il lâcha le Vent Malin, l'arrière-garde, sur son visage.
97 Tia-mat ouvrit la bouche pour l'avaler,
98 Elle laissa entrer le Vent Malin afin qu'elle ne puisse pas fermer les lèvres.
99 Les vents violents pesaient sur son ventre,
100 Ses entrailles étaient distendues et elle ouvrit grand la bouche.
101 Il lança une flèche et lui transperça le ventre,
102 Il lui déchira les entrailles et la fendit en dedans,
103 Il l'a liée et a éteint sa vie,
104 Il jeta son cadavre et se tint dessus.
105 Après avoir tué Tia-mat, le chef,
106 Son assemblée dispersée, son hôte dispersée.
107 Ses divins aides, qui marchaient à côté d'elle,
108 Dans le tremblement et la peur battent en retraite.
109 . pour sauver leur vie,
110 Mais ils étaient complètement encerclés, incapables de s'échapper.
111 Il les lia et brisa leurs armes,
112 Et ils gisaient emmêlés, assis dans un piège,
113 Caché dans les coins, rempli de chagrin,
114 Portant son châtiment, détenu dans une prison.
115 Les onze créatures chargées d'effroi,
116 La foule des démons qui allaient comme palefreniers à sa droite,
117 Il leur mit des cordes et leur lia les bras,
118 Avec leur guerre, il les a piétinés sous lui.
119 Or Qingu, qui avait accédé au pouvoir parmi eux,
120 Il lia et compta avec les dieux morts.
121 Il lui prit la Tablette des Destinées, qui n'était pas proprement la sienne,
122 Il l'a scellé d'un sceau et l'a attaché à sa propre poitrine.
123 Après que le guerrier Marduk eut lié et tué ses ennemis,
124 Avait. l'ennemi arrogant. ,
125 Avait établi la victoire d'Anšar sur tous ses ennemis,
126 Avait accompli le désir de Nudimmud,
127 Il renforça son emprise sur les dieux liés,
128 Et retourna à Tia-mat, qu'il avait liée.
129 Be-l a placé ses pieds sur les parties inférieures de Tia-mat
130 Et avec sa massue impitoyable lui brisa le crâne.
131 Il lui a coupé les artères
132 Et que le vent du Nord porte (son sang) pour annoncer la nouvelle.
133 Ses pères l'ont vu et se sont réjouis et se sont réjouis;
134 Ils lui apportèrent des cadeaux et des présents.
135 Be-l se reposa, inspectant le cadavre,
136 Afin de diviser la masse par un stratagème astucieux.
137 Il la fendit en deux comme un poisson séché :
138 Il dressa la moitié d'elle et l'étendit comme les cieux.
139 Il étendit la peau et nomma un guetteur
140 Avec l'instruction de ne pas laisser ses eaux s'échapper.
141 Il a traversé les cieux, a sondé les parties célestes,
142 Et les ajusta pour qu'ils correspondent à l'Apsû, la demeure de Nudimmud.
143 Be-l a mesuré la forme de l'Apsû
144 Et installa Ešarra, une réplique d'Ešgalla.
145 A Ešgalla, Ešarra qu'il avait bâtie, et les cieux,
146 Il s'installa dans leurs sanctuaires Anu, Enlil et Ea.

Tablette V

1 Il a façonné des stations célestes pour les grands dieux,
2 Et établissez des constellations, les motifs des étoiles.
3 Il désigna l'année, délimita les divisions,
4 Et établi trois étoiles chacune pour les douze mois.
5 Après avoir organisé l'année,
6 Il a établi la station céleste de Ne-beru pour fixer les intervalles des étoiles.
7 Que nul ne doit transgresser ou être paresseux
8 Il fixa avec elle les stations célestes d'Enlil et d'Ea.
9 portes qu'il ouvrit des deux côtés,
10 Et mettez des boulons solides à gauche et à droite.
11 Il plaça les hauteurs (du ciel) dans son ventre (de Tia-mat),
12 Il créa Nannar, lui confiant la nuit.
13 Il l'a désigné comme le joyau de la nuit pour fixer les jours,
14 Et mois après mois, sans cesse, il l'élevait d'une couronne,
15 (En disant :) « Brille sur le pays au commencement du mois,
16 Resplendissant avec des cornes pour fixer six jours.
17 Le septième jour, la couronne sera demi-taille,
18 Le quinzième jour, au milieu de chaque mois, opposez-vous.
19 Quand Šamaš te voit à l'horizon,
20 Diminuer dans les étapes appropriées et briller à l'envers.
21 Le 29e jour, approche-toi du sentier de Šamaš,
22 . ] le 30e jour, se tiennent en conjonction et rivalisent avec Šamaš.
23 J'ai ( . le signe, suivez sa trace,
24 Approchez-vous . ( . ) rendre un jugement.
25 . Šamaš, contraindre [meurtre] et violence,
26 . moi.
* * * * * *
35 À la fin [ . .
36 Qu'il [soit] le 29e jour [ . "
37 Après [il avait . ] les décrets [ . .
38 L'organisation du front et . .
39 Il a fait le jour [ . .
40 Que l'année soit égale [ . .
41 À la nouvelle année [ . .
42 L'année . .
43 Qu'il y ait régulièrement [ . .
44 Le boulon en saillie [ . .
45 Après avoir eu [ . .
46 Les veilles de nuit et de jour [ . .
47 La mousse dont Tia-mat [ . .
48 Marduk façonna [ . .
49 Il l'assembla et en fit des nuées.
50 La rage des vents, violents orages,
51 Le bourdonnement de la brume—l'accumulation de sa salive—
52 Il s'établit et les prit en main.
53 Il a mis sa tête en position et a versé . ] .
54 Il ouvrit l'abîme et il fut rassasié d'eau.
55 De ses deux yeux il laissa couler l'Euphrate et le Tigre,
56 Il lui a bouché les narines, mais est parti . .
57 Il a entassé les [montagnes] lointaines sur ses seins,
58 Il fora des puits pour canaliser les sources.
59 Il a tordu sa queue et l'a tissée dans le Durmah (u,
60 [ . l'Apsû sous ses pieds.
61 [Il a mis en place] son ​​entrejambe - il a coincé les cieux -
62 [(Ainsi) la moitié d'elle] il l'étendit et la rendit ferme comme la terre.
63 [Après] avoir terminé son travail à l'intérieur de Tia-mat,
64 [Il a étendu] son ​​filet et l'a laissé sortir.
65 Il examina les cieux et la terre. ] .
66 [ . ] leurs liens . .
67 Après avoir formulé ses règlements et rédigé [ses] décrets,
68 Il attacha des cordes de guidage et les mit entre les mains d'Ea.
69 [La Tablette] des Destins que Qingu avait prise et emportée,
70 Il s'en charge comme un trophée (?) et le présente à Anu.
71 [Le . de bataille, qu'il s'était attaché ou qu'il s'était mis sur la tête,
72 [ . il a amené devant ses pères.
73 [Maintenant] les onze créatures auxquelles Tia-mat avait donné naissance et . ,
74 Il brisa leurs armes et les lia (les créatures) à ses pieds.
75 Il en fit des images et les plaça à la [Porte] de l'Apsû,
76 Être un signe à ne jamais oublier.
77 [Les dieux] le virent et se réjouirent,
78 (C'est-à-dire) Lah(mu, Lah(amu et tous ses pères.
79 Anšar [l'embrassa] et publia à l'étranger son titre « Roi victorieux »,
80 Anu, Enlil et Ea lui ont offert des cadeaux.
81 Mère Damkina, qui l'a enfanté, l'a salué,
82 Avec une robe de fête propre, elle a fait briller son visage.
83 A Usmû, qui lui tenait présent pour annoncer la nouvelle,
84 [Il confia] le vizirat de l'Apsû et le soin des lieux saints.
85 Les Igigi s'assemblèrent et tous lui rendirent hommage,
86 Chacun des Anunnaki embrassait ses pieds.
87 Ils se sont tous réunis pour montrer leur soumission,
88 [ . ils se sont levés, ils se sont prosternés, "Voici le roi!"
89 Ses pères [ . et se sont rassasiés de sa beauté,
90 Be-l écouta leurs paroles, étant ceint de la poussière de la bataille.
91 . .
92 Onction de son corps avec . ] parfum de cèdre.
93 Il s'est revêtu de [sa] robe seigneuriale,
94 Avec une couronne de terreur comme aura royale.
95 Il prit sa massue et la tint dans sa main droite,
96 . il saisit dans sa gauche.
97 [ . ]
98 . il a posé ses pieds.
99 Il a mis sur . .
100 Le sceptre de la prospérité et du succès [il pendait] à son côté.
101 Après [il avait . ] l'aura [
102 Il orna (?) son sac, l'Apsû, d'un effrayant [ . ]
103 A été réglé comme . .
104 Dans [sa] salle du trône [ . .
105 Dans sa cella [ . .
106 Chacun des dieux [ . .
107 Lah(mu et Lah(amu . ] .
108 ouvrirent la bouche et s'adressèrent aux dieux Igigi,
109 "Auparavant, Marduk était notre fils bien-aimé,
110 Maintenant, il est votre roi, tenez compte de son ordre!"
111 Ensuite, ils parlèrent tous ensemble,
112 "Il s'appelle Lugaldimmerankia, aie confiance en lui !"
113 Quand ils eurent donné la royauté à Marduk,
114 Ils lui ont adressé une bénédiction pour la prospérité et le succès,
115 " Désormais, tu es le gardien de notre sanctuaire,
116 Tout ce que vous commandez, nous le ferons !"
117 Marduk ouvrit la bouche pour parler
118 Et s'adressant aux dieux ses pères,
119 " Au-dessus de l'Apsû, la demeure d'émeraude (?),
120 En face d'Ešarra, que j'ai construit pour toi,
121 Sous les parties célestes dont j'ai raffermi le sol,
122 Je construirai une maison qui sera ma demeure luxueuse.
123 J'y établirai son sanctuaire,
124 Je fonderai ma chambre et établirai ma royauté.
125 Quand tu montes de l'Apsû pour prendre une décision
126 Ce sera votre lieu de repos avant l'assemblée.
127 Quand tu descends du ciel pour prendre une décision
128 Ce sera votre lieu de repos avant l'assemblée.
129 J'appellerai son nom 'Babylone', "Les Maisons des Grands Dieux",
130 A l'intérieur nous tiendrons une fête : ce sera la fête du soir.
131 [Les dieux], ses pères, [entendirent] ce discours de lui,
132 . ils ont dit,
133 " En ce qui concerne tout ce que vos mains ont fait,
134 Qui a votre [ . ] ?
135 En ce qui concerne la terre que tes mains ont faite,
136 Qui a votre [ . ] ?
137 A Babylone, comme tu l'as nommé,
138 Mettez notre [lieu de repos] pour toujours.
139 . ] qu'ils nous apportent des offrandes régulières
140 . .
141 Quiconque [ . ] nos tâches que nous . .
142 Dans celui-ci [ . ] son ​​labeur . .
143 [ . ]
144 Ils se sont réjouis [ . .
145 Les dieux . ]
146 Celui qui sait [ . eux
147 Il ouvrit [sa bouche leur montrant] la lumière,
148 . ] son ​​discours . ]
149 Il a fait large [ . eux [ . .
150 Et . .
151 Les dieux se prosternèrent en lui parlant,
152 Ils s'adressèrent à Lugaldimmerankia, leur seigneur,
153 "Autrefois, seigneur, [tu étais notre] fils bien-aimé,
154 Maintenant tu es notre roi, . ]
155 Celui qui . ] préservé [nous]
156 . [. ] l'aura de massue et de sceptre.
157 Qu'il conçoive des plans [ . ]
158 [ . que nous . ."

Tablette VI

1 Quand Marduk a entendu le discours des dieux
2 Il conçut le désir d'accomplir des choses intelligentes.
3 Il ouvrit la bouche en s'adressant à Ea,
4 Il conseille ce qu'il avait médité dans son cœur,
5 "Je rassemblerai le sang pour former des os,
6 Je ferai naître Lullû, dont le nom sera 'homme'.
7 Je créerai Lullû, l'homme
8 Sur qui reposera le travail des dieux pour qu'ils reposent.
9 Je modifierai habilement l'organisation des dieux :
10 S'ils sont honorés comme un seul, ils seront divisés en deux."
11 Ea répondit, en lui adressant une parole :
12 Exprimant ses commentaires sur le repos des dieux,
13 " Qu'un de leurs frères soit abandonné.
14 Qu'il périsse afin que les hommes soient façonnés.
15 Que les grands dieux s'assemblent
16 Et que le coupable soit abandonné, afin qu'il soit confirmé."
17 Marduk rassembla les grands dieux,
18 En donnant des instructions gracieuses pendant qu'il donnait son ordre,
19 Pendant qu'il parlait, les dieux l'écoutaient :
20 Le roi adressa une parole aux Anunnaki,
21 « Votre ancien serment était vrai,
22 (Maintenant aussi) dis-moi la vérité solennelle :
23 Qui est celui qui a déclenché la guerre,
24 Qui a provoqué la rébellion de Tia-mat et déclenché la bataille ?
25 Que celui qui a déclenché la guerre soit abandonné
26 afin que je lui impose son châtiment ; mais vous vous asseyez et vous reposez.
27 Les Igigi, les grands dieux, lui répondirent :
28 C'est-à-dire Lugaldimmerankia, le conseiller des dieux, le seigneur,
29 " Qingu est celui qui a déclenché la guerre,
30 Qui a provoqué la rébellion de Tia-mat et déclenché la bataille. »
31 Ils le lièrent, le tenant devant Ea,
32 Ils lui infligent le châtiment et lui coupent les vaisseaux sanguins.
33 De son sang il (Ea) créa l'humanité,
34 A qui il imposa le service des dieux et libéra les dieux.
35 Après que le sage Ea eut créé l'humanité
36 Et leur avait imposé le service des dieux,
37 Cette tâche dépasse l'entendement
38 Car Nudimmud a exécuté la création avec l'habileté de Marduk—
39 Le roi Marduk divisa les dieux,
40 Tous les Anunnaki en groupes supérieurs et inférieurs.
41 Il a assigné 300 dans les cieux pour garder les décrets d'Anu
42 Et les a nommés gardes.
43 Ensuite, il organisa l'organisation de l'au-delà.
44 Dans les cieux et les enfers, il plaça 600 dieux.
45 Après avoir arrangé tous les décrets,
46 Et avait distribué des revenus parmi les Anunnaki du ciel et des enfers,
47 Les Anunnaki ouvrirent la bouche
48 Et s'adressant à leur seigneur Marduk,
49 "Maintenant, seigneur, voyant que tu as établi notre liberté
50 Quelle faveur pouvons-nous vous faire ?
51 Faisons un sanctuaire de grande renommée :
52 Votre chambre sera notre lieu de repos où nous pourrons nous reposer.
53 Érigons un sanctuaire pour abriter un piédestal
54 Dans lequel nous pouvons nous reposer lorsque nous aurons terminé (le travail)."
55 Lorsque Marduk entendit cela,
56 Il rayonnait aussi brillamment que la lumière du jour,
57 " Construisez Babylone, la tâche que vous avez recherchée.
58 Que des briques soient moulées pour elle, et élevez le sanctuaire ! »
59 Les Anunnaki brandissaient la pioche.
60 Pendant un an, ils ont fabriqué les briques nécessaires.
61 Quand la deuxième année arriva,
62 Ils élevèrent le pic d'Esagil, réplique de l'Apsû.
63 Ils construisirent la haute tour du temple de l'Apsû
64 Et pour Anu, Enlil et Ea, ils ont établi son . comme habitation.
65 Il s'assit devant eux dans toute sa splendeur,
66 Sondage ses cornes, qui étaient au niveau de la base d'Ešarra.
67 Après avoir terminé le travail sur Esagil
68 Tous les Anunnaki ont construit leurs propres sanctuaires.
69 300 Igigi du ciel et 600 des Apsû, tous, s'étaient rassemblés.
70 Be-l fit asseoir les dieux, ses pères, au banquet
71 Dans le haut sanctuaire qu'ils avaient bâti pour sa demeure,
72 (En disant :) "C'est Babylone, ta demeure fixe,
73 Prenez votre plaisir ici! Asseyez-vous dans la joie !
74 Les grands dieux s'assirent,
75 chopes à bière furent disposées et ils s'assirent au banquet.
76 Après s'être amusés à l'intérieur
77 Ils ont tenu un service dans l'impressionnant Esagil.
78 Le règlement et toutes les règles ont été confirmés :
79 Tous les dieux ont divisé les stations du ciel et du monde inférieur.
80 Le collège des Cinquante grands dieux prit place,
81 Les sept dieux des destinées ont été nommés pour prendre des décisions.
82 Be-l reçut son arme, l'arc, et le posa devant eux :
83 Ses divins pères virent le filet qu'il avait fait.
84 Ses pères virent à quel point la structure de l'arc était habilement travaillée
85 Comme ils louaient ce qu'il avait fait.
86 Anu l'éleva dans l'assemblée divine,
87 Il baisa l'arc en disant : « C'est ma fille !
88 Ainsi il appela les noms de l'arc :
89 "Long Stick" était le premier; le second était : « Qu'il atteigne la cible.
90 Avec le troisième nom, "Bow Star", il l'a fait briller dans le ciel,
91 Il fixa sa position céleste avec ses frères divins.
92 Après qu'Anu eut décrété le destin de l'arc,
93 Il a établi un trône royal, élevé même pour un dieu,
94 Anu le plaça là dans l'assemblée des dieux.
95 Les grands dieux s'assemblèrent,
96 Ils exaltèrent le destin de Marduk et se prosternèrent.
97 Ils ont invoqué une malédiction sur eux-mêmes
98 Et ils prêtèrent serment avec de l'eau et de l'huile, et portèrent leurs mains à leur gorge.
99 Ils lui accordèrent le droit d'exercer la royauté sur les dieux,
100 Ils l'ont confirmé comme seigneur des dieux du ciel et des enfers.
101 Anšar lui a donné son nom exalté, Asalluh(i
102 « A l'évocation de son nom, montrons la soumission !
103 Quand il parle, que les dieux l'écoutent,
104 Que son commandement soit supérieur dans les régions supérieures et inférieures.
105 Que le fils, notre vengeur, soit exalté,
106 Que sa seigneurie soit supérieure et lui-même sans rival.
107 Qu'il fasse paître les points noirs, ses créatures,
108 Qu'ils racontent son caractère aux jours futurs sans oublier.
109 Qu'il établisse de somptueuses offrandes de nourriture pour ses pères,
110 Qu'il pourvoie à leur entretien et qu'il soit le gardien de leurs sanctuaires,
111 Qu'il brûle de l'encens pour réjouir leurs sanctuaires.
112 Qu'il fasse sur la terre ce qu'il a fait au ciel :
113 Qu'il nomme les têtes noires pour l'adorer.
114 Les sujets humains devraient prendre note et invoquer leurs dieux,
115 Puisqu'il commande qu'ils tiennent compte de leurs déesses,
116 Que des offrandes de nourriture soient apportées [pour] (?) leurs dieux et déesses,
117 Qu'ils (?) ne soient pas oubliés, qu'ils se souviennent de leurs dieux,
118 Qu'ils . leur . , puissent - ils . leurs sanctuaires.
119 Bien que les points noirs adorent quelqu'un, un autre dieu,
120 Il est le dieu de chacun de nous !
121 Viens, appelons les cinquante noms
122 De celui dont le caractère est resplendissant, dont l'accomplissement est le même.
123 (1) MARDUK
Comme il a été nommé par son père Anu dès sa naissance,
124 Qui fournit le pâturage et l'abreuvement, faisant prospérer les écuries.
125 Qui a lié le vantard avec son arme, le déluge d'orage,
126 Et sauva les dieux, ses pères, de la détresse.
127 C'est le fils, le dieu-soleil des dieux, il est éblouissant,
128 Qu'ils marchent toujours dans sa lumière éclatante.
129 Sur les peuples qu'il a créés, les êtres vivants,
130 Il imposa le service des dieux et ils se reposèrent.
131 Création et anéantissement, pardon et imposition de la peine
132 Se produisent sur son ordre, qu'ils fixent donc leurs yeux sur lui.
133 (2) Marukka : c'est le dieu qui les a créés
134 Qui ont mis les Anunnaki à l'aise, les Igigi au repos.
135 (3) Marutukku : il est le soutien de la terre, de la ville et de ses peuples,
136 Désormais, que les peuples l'écoutent toujours.
137 (4) Meršakušu : féroce mais réfléchi, colérique mais implacable,
138 Son esprit est large, son cœur embrasse tout.
139 (5) Lugaldimmerankia est le nom par lequel nous l'appelions tous,
140 Dont nous avons élevé le commandement au-dessus de celui des dieux ses pères.
141 Il est le seigneur de tous les dieux du ciel et des enfers,
142 Le roi aux injonctions duquel les dieux des régions supérieures et inférieures frémissent.
143 (6) Narilugaldimmerankia est le nom que nous lui avons donné, le mentor de chaque dieu,
144 Qui a établi nos demeures dans les cieux et dans les enfers en temps de trouble,
145 Qui distribua les stations célestes entre Igigi et Anunnaki,
146 Que les dieux tremblent à son nom et tremblent sur leurs sièges.
147 (7) Asalluh (i est le nom par lequel son père Anu l'appelait,
148 Il est la lumière des dieux, un héros puissant,
149 Qui, comme son nom l'indique, est un ange protecteur pour Dieu et la terre,
150 Qui, par un combat terrible, sauva notre demeure en temps de trouble.
151 (8) Asalluh (i-Namtilla ils l'appelaient en second lieu, le dieu vivifiant,
152 Qui, conformément à la forme (de) son (nom), a restauré tous les dieux ruinés,
153 Le seigneur, qui fit revivre les dieux morts par sa pure incantation,
154 Louons-le comme le destructeur des ennemis véreux.
155 (9) Asalluh (i-Namru, comme son nom est appelé en troisième lieu,
156 Le dieu pur, qui purifie notre caractère."
157 Anšar, Lah(mu, et Lah(amu (chacun) l'appelaient par trois de ses noms,
158 Alors ils s'adressèrent aux dieux, leurs fils,
159 « Nous l'avons appelé chacun par trois de ses noms,

160 Maintenant, invoquez ses noms, comme nous.»
161 Les dieux se réjouirent en entendant leur discours,
162 À Upšuukkinaki, ils ont tenu une conférence,
163 " Du fils guerrier, notre vengeur,
164 Du pourvoyeur, exaltons le nom."
165 Ils s'assirent en leur assemblée, convoquant les destinées,
166 Et avec tous les rites dus, ils appelèrent son nom :

Tablette VII

1 (10)Asarre, le donateur de terres arables qui a établi des terres à labourer,
2 Le créateur de l'orge et du lin, qui a fait pousser le végétal.
3 (11) Asaralim, qui est vénéré dans la chambre du conseil, dont le conseil excelle,
4 Les dieux l'écoutent et le redoutent.
5 (12) Asaralimnunna, le noble, la lumière du père, son géniteur,
6 Qui dirige les décrets d'Anu, d'Enlil et d'Ea, c'est Ninšiku.
7 Il est leur pourvoyeur, qui assigne leurs revenus,
8 Dont le turban multiplie l'abondance pour la terre.
9 (13) Tutu est celui qui accomplit leur rénovation,
10 Qu'il purifie leurs sanctuaires pour qu'ils se reposent.
11 Qu'il façonne une incantation pour que les dieux se reposent,
12 S'ils se lèvent avec fureur, qu'ils se retirent.
13 Il est en effet exalté dans l'assemblée des dieux, ses [pères],
14 Nul parmi les dieux ne peut l'égaler.
15 (14) Tutu-Ziukkinna, la vie de [son] hôte,
16 Qui a établi les cieux purs pour les dieux,
17 qui ont pris en charge leurs cours, qui ont établi [leurs stations],
16 Qu'il ne soit pas oublié parmi les mortels, mais [qu'ils se souviennent] de ses actes.
19 (15) Tutu-Ziku, ils l'appelèrent en troisième lieu, l'initiateur de la purification,
20 Le dieu de la brise agréable, seigneur du succès et de l'obéissance,
21 Qui produit la générosité et la richesse, qui établit l'abondance,
22 Qui transforme en profusion tout ce que nous avons de maigre,
23 Dont nous flairions l'agréable brise au temps d'une terrible détresse,
24 Que les hommes commandent que ses louanges soient constamment prononcées, qu'ils adorent
lui.
25 Comme (16) Tutu-Agaku, quatrièmement, que les humains l'exaltent,
26 Seigneur de la pure incantation, qui ressuscita les morts,
27 Qui a fait miséricorde aux dieux liés,
28 Qui a jeté le joug imposé sur les dieux, ses ennemis,
29 Et pour les épargner, il créa l'humanité.
30 Le miséricordieux, au pouvoir duquel il est de rétablir la vie,
31 Que ses paroles soient sûres et non oubliées
32 De la bouche des points noirs, ses créatures.
33 Comme (17) Tutu-Tuku, cinquièmement, que leur bouche exprime son pur charme,
34 Qui a extirpé tous les méchants par sa pure incantation.
35 (18) Šazu, qui connaissait le cœur des dieux, qui voyait les rênes,
36 Qui n'a pas laissé échapper un malfaiteur,
37 qui ont établi l'assemblée des dieux, qui ont réjoui leurs cœurs,
38 Qui a subjugué le désobéissant, il est la protection globale des dieux.
39 Il a fait prospérer la vérité, il a déraciné les discours pervers,
40 Il sépara le mensonge de la vérité.
41 Comme (19) Šazu-Zisi, deuxièmement, qu'ils le louent continuellement, le soumis des agresseurs,
42 Qui chassa la consternation des corps des dieux, ses pères.
43 (20) Šazu-Suh (rim, troisièmement, qui a extirpé tout ennemi avec ses armes,
44 Qui a confondu leurs plans et les a transformés en vent.
45 Il étouffa tous les méchants qui venaient contre lui,
46 Que les dieux crient toujours des acclamations dans l'assemblée.
47 (21) Šazu-Suh (gurim, quatrièmement, qui a établi le succès pour les dieux, ses pères,
48 Qui ont extirpé des ennemis et détruit leur postérité,
49 Qui ont dispersé leurs exploits, n'en laissant aucune part,
50 Que son nom soit prononcé et proclamé dans le pays.
51 Comme (22) Šazu-Zah(rim, cinquièmement, que les futures générations le discutent,
52 Le destructeur de tout rebelle, de tous les désobéissants,
53 Qui a fait entrer tous les dieux fugitifs dans les sanctuaires,
54 Que son nom soit établi.
55 Comme (23) Šazu-Zah (gurim, sixièmement, qu'ils l'adorent entièrement et partout,
56 Qui lui-même a détruit tous les ennemis au combat.
57 (24) C'est Enbilulu, le seigneur qui les pourvoit en abondance,
58 Leur grand élu, qui offre des offrandes de céréales,
59 Qui maintient le pâturage et l'abreuvement en bon état et l'a établi pour la terre,
60 Qui ont ouvert des cours d'eau et distribué de l'eau en abondance.
61 (25) Enbilulu-Epadun, seigneur des terres communales et . ., qu'ils [l'appellent] deuxièmement,
62 Superviseur du canal du ciel et des enfers, qui trace le sillon,
Qui établit des terres arables propres en rase campagne,
63 Qui dirige le fossé et le canal d'irrigation, et trace le sillon.
64 Comme (26) Enbilulu-Gugal, surveillant du canal des cours d'eau des dieux, qu'ils le louent en troisième lieu,
65 Seigneur de l'abondance, de la profusion et des immenses réserves (de céréales),
66 Qui pourvoit à la générosité, qui enrichit les habitations humaines,
67 Qui donne du blé et fait naître le grain.
68 (27) Enbilulu-H(égal, qui accumule l'abondance pour les peuples . .
69 Qui fait pleuvoir des richesses sur la vaste terre et fournit une végétation abondante.
70 (28) Monsieur, qui a entassé une montagne au sommet de Tia-mat,
71 Qui a pillé le cadavre de Tia-mat avec [ses] armes,
72 Le gardien du pays, leur fidèle berger,
73 Dont les cheveux sont une plante qui pousse, dont le turban est un sillon,
74 qui traversait la grande mer dans sa fureur,
75 Et continuait à traverser le lieu de sa bataille comme s'il s'agissait d'un pont.
76 (29) Sirsir-Malah (ils l'ont nommé en second lieu - qu'il en soit ainsi -
77 Tia-mat était son bateau, il était son matelot.
78 (30) Gil, qui a toujours amassé des tas d'orge, des monticules massifs,
79 Le créateur de blé et de bétail, qui donne de la semence pour la terre.
80 (31) Gilima, qui raffermit le lien des dieux, qui créa la stabilité,
81 Un piège qui les accabla, qui pourtant leur prodiguaient des faveurs.
82 (32) Agilima, la noble, qui arrache la couronne, qui s'occupe de la neige,
83 Qui a créé la terre sur l'eau et affermi la hauteur des cieux.
84 (33) Zolum, qui assigne des prairies aux dieux et partage ce qu'il a créé,
85 Qui donne des revenus et des offrandes de nourriture, qui administre les sanctuaires.
86 (34) Mummu, créateur du paradis et du monde souterrain, qui protège les réfugiés,
87 Le dieu qui purifie le ciel et le monde souterrain, deuxièmement Zulummu,
88 En ce qui concerne la force de laquelle aucun autre parmi les dieux ne peut l'égaler.
89 (35) Gišnumunab, créateur de tous les peuples, qui a fait les régions du monde,
90 Qui détruisirent les dieux de Tiamat et en firent des peuples.
91 (36) Lugalabdubur, le roi qui a dispersé les œuvres de Tia-mat, qui a déraciné ses armes,
92 Dont la fondation est sécurisée sur le "Fore and Aft".
93 (37) Pagalguenna, le premier de tous les seigneurs, dont la force est exaltée,
94 Qui est le plus grand parmi les dieux, ses frères, le plus noble de tous.
95 (38) Lugaldurmah(, roi du lien des dieux, seigneur de Durmah(u,
96 Qui est le plus grand dans la demeure royale, infiniment plus élevé que les autres dieux.
97 (39) Aranunna, conseiller d'Ea, créateur des dieux, ses pères,
98 Qu'aucun dieu ne peut égaler en ce qui concerne sa marche seigneuriale.
99 (40) Dumuduku, qui renouvelle pour lui-même sa pure demeure à Duku,
100 Dumuduku, sans qui Lugalduku ne prend pas de décision.
101 (41) Lugalšuanna, le roi dont la force est exaltée parmi les dieux,
102 Le seigneur, la force d'Anu, celui qui est suprême, choisi d'Anšar.
103 (42) Irugga, qui les a tous pillés dans la mer,
104 Qui saisit toute sagesse, est compréhensif.
105 (43) Irqingu, qui a pillé Qingu en . bataille,
106 Qui dirige tous les décrets et établit la seigneurie.
107 (44) Kinma, le directeur de tous les dieux, qui donne des conseils,
108 Au nom de qui les dieux se penchent avec révérence comme avant un ouragan.
109 (45) Dingir-Esiskur—qu'il prenne son siège élevé dans la Maison de Bénédiction,
110 Que les dieux lui apportent leurs cadeaux
111 Jusqu'à ce qu'il reçoive leurs offrandes.
112 Personne d'autre que lui n'accomplit des choses intelligentes
113 Les quatre (régions) des points noirs sont sa création,
114 En dehors de lui, aucun dieu ne connaît la mesure de leurs jours.
115 (46) Girru, qui rend les armes dures (?),
116 Qui a accompli des choses intelligentes dans la bataille avec Tia-mat,
117 Compréhensif en sagesse, habile en compréhension,
118 Un esprit profond, que tous les dieux réunis ne comprennent pas.
119 Que (47) Addu soit son nom, qu'il couvre toute l'étendue du ciel,
120 Qu'il tonne de sa voix douce sur la terre,
121 Que le grondement remplisse (?) les nuages
Et nourrissez les peuples d'en bas.
122 (48) Aša-ru, qui, comme son nom l'indique, rassembla les Destins Divins
123 Il est en effet le gardien d'absolument tous les peuples.
124 Comme (49) Ne-beru le laissa tenir le lieu de passage du ciel et du monde souterrain,
125 Ils ne doivent pas traverser en haut ou en bas, mais doivent l'attendre.
126 Ne-beru est son étoile, qu'il a fait briller dans le ciel,
127 Qu'il se dresse sur l'escalier céleste pour qu'on le regarde.
128 Oui, celui qui traverse constamment la mer sans se reposer,
129 Que son nom soit Ne-beru, qui saisit son milieu,
130 Qu'il fixe les sentiers des étoiles du ciel,
131 Qu'il fasse paître tous les dieux comme des brebis,
132 Qu'il lie Tia-mat et mette sa vie en danger de mort,
133 Aux générations à naître, aux jours futurs lointains,
134 Puisse-t-il continuer sans contrôle, puisse-t-il persister dans l'éternité.
135 Depuis qu'il a créé les cieux et façonné la terre,
136 Enlil, le père, l'appelait par son propre nom, (50) 'Seigneur des Terres'.
137 Ea entendit les noms que tous les Igigi appelaient
138 Et son esprit devint radieux.
139 "Pourquoi! Celui dont le nom a été exalté par ses pères
140 Qu'il s'appelle, comme moi, (51) 'Ea'.
141 Qu'il contrôle la somme de tous mes rites,
142 Qu'il administre tous mes décrets."
143 Avec le mot "Cinquante" les grands dieux
144 A appelé ses cinquante noms et lui a attribué une position exceptionnelle.
145 Il faut s'en souvenir ; une personnalité devrait les exposer,
146 Les sages et les érudits devraient s'entretenir à leur sujet,
147 Un père doit les répéter et les enseigner à son fils,
148 On devrait les expliquer au berger et au berger.
149 Si l'on ne néglige pas Marduk, l'Enlil des dieux,
150 Que sa terre prospère et sois prospère,
151 (Car) sa parole est sûre, son commandement inchangé,
152 Aucun dieu ne peut altérer l'expression de sa bouche.
153 Quand il regarde avec fureur, il ne fléchit pas,
154 Quand sa colère s'enflamme, aucun dieu ne peut lui faire face.
155 Son esprit est profond, son esprit est universel,
156 Devant qui le péché et la transgression sont recherchés.
157 Instruction qu'un personnage de premier plan répéta devant lui (Mardouk) :
158 Il l'a écrit et l'a stocké afin que les générations à venir puissent l'entendre.
159 [ . Marduk, qui a créé les dieux Igigi,
160 Bien qu'ils diminuent . qu'ils invoquent son nom.
161 . la chanson de Marduk,
162 Qui a vaincu Tia-mat et a pris la royauté

Conclusion

L'Enuma Elish en tant qu'œuvre mythologique est intemporelle, mais certains érudits ont soutenu qu'à son époque, il aurait trouvé un écho auprès d'un public qui considérait Babylone comme une ville rompant avec les traditions du passé pour créer un avenir nouveau et meilleur. Le chercheur Thorkild Jacobsen, par exemple, note :

Babylone a fait la guerre avec le territoire de l'ancienne Sumer et toutes ses villes antiques renommées et vénérables et leurs dieux. Il a mené une guerre d'arrivés avec sa propre civilisation mère. Et qu'il s'agissait d'un problème réel, que [Babylone] était parfaitement consciente d'être l'héritier et le continuateur de la civilisation sumérienne, cela ressort clairement du fait que ses rois, en particulier ceux de la seconde moitié de la dynastie [Sealand], pratiquent une sumériane élaborée. noms. Il est donc compréhensible que Babylone ait pu sentir - consciemment ou inconsciemment - que sa victoire était en quelque sorte patricide. (190)

L'histoire, alors, peut être lue non seulement comme une grande histoire du triomphe de l'ordre sur le chaos et de la lumière sur les ténèbres, mais comme une parabole de la montée de Babylone et de la culture babylonienne sur l'ancien modèle sumérien de civilisation. De plus, le conte peut être compris comme une illustration du concept de la vie en tant que changement perpétuel.

Les anciens dieux statiques de l'histoire sont remplacés par les dieux plus jeunes et plus dynamiques qui introduisent ensuite le concept de changement et de mutabilité dans l'univers à travers leur création d'êtres mortels soumis à la mort. Ces créatures sont chargées d'aider les dieux à maintenir leur création et ainsi, bien qu'elles ne soient pas elles-mêmes éternelles, jouent un rôle essentiel dans l'œuvre éternelle des dieux.


Le mythe de « Enuma Elish »

Dans les temps préhistoriques, le mal était considéré comme une réalité plus vaste que l'existence humaine. (Image : andreiuc88/ Shutterstock)

Le concept du mal

Cette histoire remonte à plusieurs milliers d'années et certains de ses éléments remontent probablement à la préhistoire. Ce récit exprime l'une des convictions les plus fondamentales que les humains ont eues. C'est l'idée que le mal est en quelque sorte plus grand que les décisions humaines individuelles d'être mauvais, et que le mal doit précéder la méchanceté humaine. Ils expriment une idée que le mal a une réalité métaphysique cosmique au-delà de l'être humain.

Mais c'est une idée qui n'a pas besoin d'avoir toutes les mêmes connotations éthiques que nous considérons généralement comme le « mal ». Les premières connotations possibles du mot Satan, le mot que nous appelons tous généralement « le diable », ne signifie pas réellement un malfaiteur.

Le mot signifie simplement « rival ». Le rival de Dieu est la façon dont le diable a été conçu à l'origine dans ces cultures et que la rivalité est en quelque sorte au cœur de l'intégralité du mythe de la création du Proche-Orient ancien.

Ceci est une transcription de la série de vidéos Pourquoi le mal existe. Regarde-le maintenant, Wondrium.

Le mythe du combat

Le mythe du combat était un thème commun à beaucoup de ces cultures. Les histoires mésopotamiennes, hittites et cananéennes racontent toutes l'histoire de la même manière : l'histoire de l'univers dans son ensemble, en tant que site de combat entre les bonnes et les mauvaises puissances divines.

Ce mythe de combat donne naissance aux cosmogonies de ces cultures, c'est-à-dire à leurs récits de la naissance du monde et du cosmos (« cosmogonie » est un mot qui vient de « cosmo-genèse »).

Dans ce mythe, le cosmos est le lieu, ou peut-être est-ce la conséquence, d'une lutte titanesque entre les forces d'un dieu bon et le dieu mauvais rival. En fait, cette cosmogonie comprend en elle une théogonie, une « théo-genèse », un récit de la création des dieux.

La création de l'humanité est normalement l'acte final du drame qui commence avec les origines de ces dieux. Dans ces histoires, ces dieux du chaos sont confrontés, vaincus et détruits par d'autres dieux-héros prometteurs, souvent plus jeunes.

Enuma Elish

Enuma Elish est l'un de ces mythe de la cosmogonie. L'histoire commence avec deux dieux primitifs, Apsu et Tiamat. Ils créent d'autres dieux, en quelque sorte leurs enfants - Ea et ses frères et sœurs - qui vivent tous dans le corps de Tiamat, il n'y a rien en dehors des dieux.

Là, ils font un tel vacarme qu'ils tourmentent Tiamat et Apsu, et Apsu est tellement agacé qu'il décide de tuer les jeunes dieux. Mais Tiamat n'est pas d'accord avec cela et met en garde Ea, son fils, qui tue alors Apsu. Ea devient alors le dieu principal et a un fils nommé Marduk, le petit-fils de Tiamat, qui est plus puissant encore que Ea ou Tiamat.

Marduk était un dieu babylonien qui a tué Tiamat et a fait la terre et le ciel de son cadavre. (Image : Franz Heinrich Weißbach/Domaine public)

Marduk reçoit des vents avec lesquels jouer pour s'amuser, et il utilise les vents pour créer des tempêtes, qui dérangent ses aînés, tout comme leurs ébats avaient autrefois bouleversé leurs parents.

Ces dieux convainquent Tiamat de tuer Marduk. Tiamat aime cette idée, mais elle est un peu trop excitée à ce sujet et elle fait peur aux dieux, dont certains la rejoignent parce qu'ils ont peur de se soumettre à elle et de rejoindre son équipe. Mais il y en a qui rejoignent Marduk à la place.

Marduk se bat et tue Tiamat et forme la terre de son cadavre, la coupant en deux. Il fait d'elle la moitié supérieure des cieux et sa moitié inférieure la terre et les eaux. Il utilise le sang de son second mari, Kingu, qu'il tue également, pour faire des êtres humains.

En détruisant le méchant monstre du chaos et, d'une manière obscure, en créant notre nouveau monde à partir de son cadavre, ce dieu-héros devient le dieu-roi du panthéon babylonien. Et c'est ainsi que le monde dans le Enuma Elish vient d'être.

Signification et connotations de Enuma Elish

Du point de vue du concept de mal, plusieurs aspects de ce mythe sont essentiels. Premièrement, le dieu du chaos Tiamat n'est pas représenté comme la source du mal en soi, bien qu'elle en soit une avant des gens comme Marduk. Les émotions « maléfiques » – envie, haine, peur, meurtre – marquent les jeunes dieux victorieux comme Marduk autant qu'elles marquent les dieux plus anciens.

Le mal est donc une structure intrinsèque de la réalité, une partie du cadre de base de l'univers. Le mal est naturel, fait juste partie de l'ordre cosmique. Mais c'est aussi une dimension qui est en conflit inévitable avec les forces de l'ordre, symbolisées par Marduk.

Parce que le cosmos est créé dans une lutte et à partir de l'ancien cosmos, le cosmos ainsi créé peut porter des traces de, ou être le site permanent de, ce conflit entre le bien et le mal. Ceci explique la persistance du mal pour cette tradition : le mal est littéralement intégré dans le tissu du cosmos ici.

Idées derrière la création

Si nous comparons ce récit à celui de la Création dans le livre de Genèse 1, il dit : « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre », écrit en opposition explicite avec le Enuma Elish. Nous savons aussi que le mot hébreu tehom, qui dans les traductions anglaises est principalement traduit par « la profondeur ». C'est « l'abîme » sur lequel Dieu se meut au commencement de la Création. Le mot tehom est étymologiquement lié au mot babylonien « Tiamat ».

Mais voici la différence entre ces deux histoires : Dans Genèse 1, il n'y a ni lutte ni rival tehom est là, l'abîme est là, mais il est passif devant la volonté absolument impérieuse de Dieu, et Dieu voit ce que Dieu a créé et le considère comme tout bon. Il n'y a aucun sens d'une guerre cosmique d'il y a longtemps.

Voici une différence importante entre les compréhensions juive et chrétienne de la Genèse, c'est la façon dont ces deux communautés lisent le texte qui diffère. Alors, bien que les chrétiens veuillent dire que Dieu a créé le monde à partir de rien, les juifs diront qu'il y a quelque chose là-bas c'est l'abîme, tehom, c'est déjà là.

La découverte de Enuma Elish

George Smith a découvert le concept de Enuma Elish Dans le 19ème siècle. (Image : British Museum/Domaine public)

Enuma Elish a été découvert au 19 e siècle par un anglais ouvrier autodidacte du nom de George Smith qui a appris lui-même l'acadien et le sumérien. Puis il a convaincu des chercheurs du British Museum de l'aider à se rendre au Proche-Orient afin qu'il puisse faire quelques fouilles, et lors de ces fouilles, il s'est avéré qu'il était la première personne à découvrir à la fois une grande partie du L'épopée de Gilgamesh et le Enuma Elish. Avant Smith, personne n'avait la moindre idée qu'il existait de tels textes.

Alors le Enuma Elish explique l'ordre cosmique mais la question demeure : quelle est la place des humains dans cet ordre ? Car alors que les dieux ressemblent aux humains et que les humains sont faits du sang d'un dieu, une chose les distingue : les humains sont mortels, et les dieux ne le sont pas.

Questions courantes sur Enuma Elish

L'une des plus anciennes convictions que les humains ont du mal est l'idée que le mal est en quelque sorte plus grand que les décisions humaines individuelles d'être mauvais, et que le mal doit précéder ou précéder la méchanceté humaine.

Marduk était le fils du dieu Ea et le petit-fils de Tiamat. Il a tué Tiamat pour devenir le dieu roi et a fait la terre et le ciel du cadavre de Tiamat.

Enuma Elish a été découvert au 19 e siècle par un anglais ouvrier autodidacte nommé George Smith.


Enuma Elish (L'épopée babylonienne de la création)

1 Quand les cieux d'en haut n'existaient pas,
2 Et la terre au-dessous n'était pas née,
3 Il y avait Apsû, le premier dans l'ordre, leur géniteur,
4 Et le démiurge Tia-mat, qui les a tous mis au monde
5 Ils avaient mêlé leurs eaux
6 Avant que les prairies aient fusionné et que des roselières fussent trouvées —
7 Quand aucun des dieux n'avait été formé
8 Ou était né, alors qu'aucune destinée n'avait été décrétée,
9 Les dieux ont été créés en eux :
10 Lah(mu et Lah(amu ont été formés et ont vu le jour.
11 Pendant qu'ils grandissaient et grandissaient
12 Anšar et Kišar, qui les surpassaient, furent créés.
13 Ils ont prolongé leurs jours, ils ont multiplié leurs années.
14 Anu, leur fils, pouvait rivaliser avec ses pères.
15 Anu, le fils, égalait Anšar,
16 Et Anu engendra Nudimmud, son propre égal.
17 Nudimmud était le champion parmi ses pères :
18 Profondément perspicace, sage, d'une force robuste
19 Beaucoup plus fort que l'engendreur de son père, Anšar
20 Il n'avait pas de rival parmi les dieux, ses frères.
21 Les frères divins se sont réunis,
22 Leur clameur est devenue forte, jetant Tia-mat dans la tourmente.
23 Ils ont secoué les nerfs de Tia-mat,
24 Et par leur danse, ils semèrent l'alarme à Anduruna.
25 Apsû ne diminua pas leur clameur,
26 Et Tia-mat se tut devant eux.
27 Leur conduite lui déplaît,
28 Pourtant, bien que leur conduite ne fût pas bonne, elle voulait les épargner.
29 Sur quoi Apsû, l'engendre des grands dieux,
30 Appela Mummu, son vizir, et s'adressa à lui,
31 “Vizir Mummu, qui satisfait mon plaisir,
32 Viens, allons à Tia-mat!”
33 Ils allèrent s'asseoir face à Tiamat,
34 Pendant qu'ils discutaient des dieux, leurs fils.
35 Apsû ouvrit la bouche
36 Et adressé Tia-mat
37 “Leur comportement me déplaît
38 Et je ne peux ni me reposer le jour ni dormir la nuit.
39 Je vais détruire et briser leur mode de vie
40 Que le silence puisse régner et que nous puissions dormir.”
41 Quand Tia-mat a entendu cela
42 Elle s'emporta et cria à son époux :
43 Elle cria de détresse, fulminant en elle-même,
44 Elle s'affligea du mal (comploté),
45 “Comment détruire ce à quoi nous avons donné naissance ?
46 Bien que leur comportement cause de la détresse, resserrons gracieusement la discipline.”
47 Mummu s'adressa à l'avocat d'Apsû—
48 (À partir de) un vizir rebelle était le conseil de son Mummu—
49 “Détruisez, mon père, ce mode de vie sans foi ni loi,
50 Pour que vous puissiez vous reposer le jour et dormir la nuit !”
51 Apsû était content de lui, son visage rayonnait
52 Parce qu'il avait comploté le mal contre les dieux, ses fils.
53 Mummu passa ses bras autour du cou d'Apsû,
54 Il s'assit à genoux et l'embrassa.
55 Ce qu'ils ont comploté dans leur rassemblement
56 A été rapporté aux dieux, leurs fils.
57 Les dieux l'entendirent et s'affolèrent.
58 Ils furent envahis par le silence et s'assirent tranquillement.
59 Ea, qui excelle dans la connaissance, l'habile et l'érudit,
60 Ea, qui sait tout, a perçu leurs ruses.
61 Il l'a façonné et l'a rendu universel,
62 Il l'exécuta habilement comme suprême, sa pure incantation.
63 Il le récita et le posa sur les eaux,
64 Il l'endormit alors qu'il dormait profondément.
65 Il endormit Apsû en versant le sommeil,
66 Et Mummu, le conseiller, était essoufflé par l'agitation.
67 Il fendit (Apsû’s) les tendons, arracha sa couronne,
68 Emporté son aura et l'a mis sur lui-même.
69 Il lia Apsû et le tua
70 Mummu qu'il a confiné et manipulé durement.
71 Il établit sa demeure sur Apsû,
72 Et s'empara de Mummu, gardant la corde du nez à la main.
73 Après qu'Ea eut lié et tué ses ennemis,
74 Avait remporté la victoire sur ses ennemis,
75 Il se reposa tranquillement dans sa chambre,
76 Il l'appela Apsû, dont il nomma les sanctuaires.
77 Puis il y fonda sa demeure,
78 Et Ea et Damkina, sa femme, étaient assis dans la splendeur.
79 Dans la chambre des destinées, la chambre des archétypes,
80 Le plus sage des sages, le sage des dieux, Be-l a été conçu.
81 A Apsû naquit Marduk,
82 Marduk est né dans l'Apsû pur.
83 Ea son père l'engendra,
84 Damkina sa mère l'a enfanté.
85 Il suça les seins des déesses,
86 Une infirmière l'a élevé et l'a rempli de terreur.
87 Sa silhouette était bien développée, le regard de ses yeux était éblouissant,
88 Sa croissance était virile, il était puissant dès le commencement.
89 Anu, l'enfant géniteur de son père, l'a vu,
90 Il exultait et souriait, le cœur rempli de joie.
91 Anu le rendit parfait : sa divinité était remarquable,
92 Et il devint très élevé, les surpassant dans ses attributs.
93 Ses membres étaient incroyablement merveilleux,
94 Incapable d'être saisi par l'esprit, difficile même à regarder.
95 Quatre étaient ses yeux, quatre ses oreilles,
96 Une flamme jaillit alors qu'il bougeait ses lèvres.
97 Ses quatre oreilles sont devenues grandes,
93 Et ses yeux de même contemplaient tout.
99 Sa figure était élevée et supérieure en comparaison des dieux,
100 Ses membres se surpassaient, sa nature était supérieure.
101 ‘Mari-utu, Mari-utu,
102 Le Fils, le dieu-soleil, le dieu-soleil des dieux.’
103 Il était revêtu de l'aura des dix dieux, tant sa force était exaltée,
104 Les Cinquante Dreads étaient chargées sur lui.
105 Anu s'est formé et a donné naissance aux quatre vents,
106 Il les lui livra : “Mon fils, laisse-les tourbillonner !”
107 Il forma de la poussière et lança un ouragan pour la chasser,
108 Il fit un signe pour semer la consternation sur Tia-mat.
109 Tia-mat était confuse jour et nuit, elle était affolée.
110 Les dieux ne se sont pas reposés, ils . . . . . . .
111 Dans leur esprit, ils complotaient le mal,
112 Et s'adressant à leur mère Tia-mat,
113 “Quand Apsû, ton épouse, a été tuée,
114 Vous n'êtes pas allé à ses côtés, mais vous vous êtes assis tranquillement.
115 Les quatre vents terribles ont été façonnés
116 Pour vous jeter dans la confusion, et nous ne pouvons pas dormir.
117 Tu n'as pas pensé à Apsû, ton épouse,
113 Ni à Mummu, qui est prisonnier. Maintenant, tu es assis seul.
119 Désormais, vous serez dans une consternation frénétique !
120 Et nous qui ne pouvons nous reposer, vous ne nous aimez pas !
121 Considérez notre fardeau, nos yeux sont creux.
122 Brisez le joug immuable afin que nous puissions dormir.
123 Combattez, vengez-les !
124 [ . . ] . . . . réduire à néant !
125 Tia-mat entendu, le discours lui plaisait,
126 (Elle a dit,) “Faisons des démons, [comme vous] l'avez conseillé.”
127 Les dieux s'assemblèrent en elle.
128 Ils conçurent le [mal] contre les dieux qui les engendraient.
129 Ils . . . . . et prit le parti de Tia-mat,
130 Complot féroce, sans repos nuit et jour,
131 La soif de bataille, la rage, l'assaut,
132 Ils ont mis en place un hôte pour provoquer le conflit.
133 Mère H(ubur, qui forme tout,
134 A fourni des armes irrésistibles et a donné naissance à des serpents géants.
135 Ils avaient des dents pointues, ils étaient sans pitié. . . .
136 Avec du poison au lieu du sang, elle a rempli leurs corps.
137 Elle a revêtu d'effroi les monstres effrayants,
138 Elle les a chargés d'une aura et les a rendus divins.
139 (Elle a dit,) “Laissez leur spectateur périr faiblement,
140 Puissent-ils constamment faire un bond en avant et ne jamais se retirer.”
141 Elle a créé l'Hydre, le Dragon, le Héros Poilu
142 Le Grand Démon, le Chien Sauvage et l'Homme-Scorpion,
143 Démons féroces, l'homme-poisson et l'homme-taureau,
144 Porteurs d'armes impitoyables, intrépides face à la bataille.
145 Ses ordres étaient énormes, auxquels il ne fallait pas résister.
146 En tout, elle en a fait onze de ce genre.
147 Parmi les dieux, ses fils, qu'elle constitua son hôte,
148 Elle exalta Qingu et le magnifia parmi eux.
149 La direction de l'armée, la direction de l'armée,
150 Le port d'armes, les campagnes, la mobilisation des conflits,
151 Le chef du pouvoir exécutif de bataille, commandement suprême,
152 Elle lui confia et le plaça sur un trône,
153 “Je t'ai jeté le sort et je t'ai élevé dans l'armée des dieux,
154 Je vous ai remis le règne de tous les dieux.
155 Tu es vraiment exaltée, mon épouse, tu es renommée,
156 Laissez vos ordres prévaloir sur tous les Anunnaki.”
157 Elle lui a donné la Tablette des Destinées et l'a attachée à sa poitrine,
158 (En disant) “Votre commande ne peut pas être modifiée, que l'expression de votre bouche soit ferme.”
159 Après que Qingu fut élevé et eut acquis le pouvoir d'Anuship,
160 Il décréta les destinées des dieux, ses fils :
161 “Que la parole de ta bouche subjugue le dieu du feu,
162 Que votre poison par son accumulation réprime l'agression.”

Tablette II

1 Tia-mat a réuni sa création
2 Et une bataille organisée contre les dieux, sa progéniture.
3 Désormais, Tia-mat complota le mal à cause d'Apsû
4 Ea apprit qu'elle avait arrangé le conflit.
5 Ea a entendu cette affaire,
6 Il se tut dans sa chambre et resta immobile.
7 Après qu'il eut réfléchi et que sa colère se fut calmée
8 Il dirigea ses pas vers Anšar, son père.
9 Il entra devant le père de son géniteur, Anšar,
10 Et lui a raconté tout le complot de Tia-mat’.
11 “Mon père, Tia-mat notre mère a conçu une haine pour nous,
12 Elle a établi un hôte dans sa fureur sauvage.
13 Tous les dieux se sont tournés vers elle,
14 Même ceux que tu as engendrés prennent aussi son parti
15 Ils . . . . . et prit le parti de Tia-mat,
16 Complot féroce, sans repos nuit et jour,
17 La soif de bataille, la rage, l'assaut,
18 Ils constituèrent une armée pour provoquer le conflit.
19 Mère H(ubur, qui forme tout,
20 A fourni des armes irrésistibles et a donné naissance à des serpents géants.
21 Ils avaient des dents pointues, ils étaient impitoyables.
22 Elle remplit leurs corps de poison au lieu de sang.
23 Elle a revêtu d'effroi les monstres effrayants,
24 Elle les a chargés d'une aura et les a rendus divins.
25 (Elle a dit,) “Laissez leur spectateur périr faiblement,
26 mai, ils bondissent constamment en avant et ne se retirent jamais.”
27 Elle créa l'Hydre, le Dragon, le Héros Poilu,
28 Le Grand Démon, le Chien Sauvage et l'Homme-Scorpion,
29 Démons féroces, l'homme-poisson et l'homme-taureau,
30 Porteurs d'armes impitoyables, intrépides face à la bataille.
31 Ses commandements étaient formidables, auxquels il ne fallait pas résister.
32 Au total, elle a fait onze de ce genre.
33 Parmi les dieux, ses fils, qu'elle a constitués son hôte,
34 Elle exalta Qingu et le magnifia parmi eux.
35 La direction de l'armée, la direction de l'armée,
36 Le port d'armes, les campagnes, la mobilisation des conflits,
37 Le chef du pouvoir exécutif du commandement suprême de bataille,
38 Elle lui confia et le plaça sur un trône.
39 “Je t'ai jeté le sort et je t'ai élevé dans l'armée des dieux,
40 Je vous ai livré la domination de tous les dieux.
41 Tu es vraiment exaltée, mon épouse, tu es renommée,
42 Laissez vos ordres prévaloir sur tous les Anunnaki.”
43 Elle lui donna la tablette des Destins et l'attacha à sa poitrine,
44 (En disant) “Votre commande ne peut pas être changée que la parole de votre bouche soit ferme.”
45 Après que Qingu ait été élevé et ait acquis le pouvoir d'Anuship
46 Il décréta les destinées des dieux. ses fils :
47 “Que la parole de ta bouche subjugue le dieu du feu,
48 Que votre poison par son accumulation réprime l'agression.”
49 Anšar a entendu que l'affaire était profondément troublante.
50 Il a crié “Malheur!” et s'est mordu la lèvre.
51 Son cœur était en fureur, son esprit ne pouvait se calmer.
52 Sur Ea, son fils, son cri faiblit.
53 “Mon fils, toi qui as provoqué la guerre,
54 Assumez la responsabilité de tout ce que vous seul avez fait !
55 Tu es parti et tu as tué Apsû,
56 Et quant à Tia-mat, que tu as rendue furieuse, où est-elle son égale ?”
57 Le rassembleur de conseils, le prince savant,
58 Le créateur de la sagesse, le dieu Nudimmud
59 Avec des mots apaisants et des paroles apaisantes
60 répondit doucement [son] père Anšar
61 “Mon père, esprit profond, qui décrète le destin,
62 Qui a le pouvoir de créer et de détruire,
63 Anšar, esprit profond, qui décrète le destin,
64 Qui a le pouvoir de créer et de détruire,
65 Je veux te dire quelque chose, calme-toi pour moi un instant
66 Et considérez que j'ai accompli une action utile.
67 Avant de tuer Apsû
68 Qui aurait pu voir la situation actuelle ?
69 Avant que j'aie rapidement mis fin à lui
70 Dans quelles circonstances ai-je dû le détruire?”
71 Anšar entendit, les paroles lui plaisaient.
72 Son cœur se détendit pour parler à Ea,
73 “Mon fils, tes actes sont dignes d'un dieu,
74 Vous êtes capable d'un coup féroce et sans égal . . [ . . . ]
75 Ea, tes actions sont dignes d'un dieu,
76 Vous êtes capable d'un coup féroce et sans égal . . [ . . . ]
77 Va devant Tia-mat et apaise son attaque,
78 . . [ . . . ] . . . sa fureur avec [votre] incantation.”
79 Il entendit le discours d'Anšar, son père,
80 Il prit le chemin vers elle, continua le chemin vers elle.
81 Il s'en alla, il aperçut les ruses de Tia-mat,
82 [Il s'arrêta], se tut et se retourna.
83 [Il] est entré en présence d'auguste Anšar
84 S'adressant à lui avec pénitence,
85 “[Mon père], les actes de Tia-mat’s sont trop pour moi.
86 J'ai perçu sa planification, et [mon] incantation n'était pas égale (à cela).
87 Sa force est puissante, elle est pleine d'effroi,
88 Elle est tout à fait très forte, personne ne peut aller contre elle.
89 Son cri très fort n'a pas diminué,
90 [J'ai eu peur] de son cri et j'ai fait demi-tour.
91 [Mon père], ne perds pas espoir, envoie une deuxième personne contre elle.
92 Bien que la force d'une femme soit très grande, elle n'est pas égale à celle d'un homme.
93 Dissoudre ses cohortes, briser ses plans
94 Avant qu'elle ne nous impose les mains.”
95 Anšar a crié dans une fureur intense,
96 S'adressant à Anu son fils,
97 “Fils honoré, héros, guerrier,
98 Dont la force est puissante, dont l'attaque est irrésistible
99 Hâtez-vous et placez-vous devant Tia-mat,
100 Apaiser sa rage pour que son cœur se détende
101 Si elle n'écoute pas tes paroles,
102 Adresse à ses mots de pétition qu'elle peut être apaisée.”
103 Il entendit le discours d'Anšar, son père,
104 Il prit le chemin vers elle, continua le chemin vers elle.
105 Anu s'en alla, il aperçut les ruses de Tia-mat,
106 Il s'arrêta, se tut et se retourna.
107 Il entra en présence d'Anšar, le père qui l'avait engendré,
108 S'adressant à lui avec pénitence.
109 “Mon père, Tia-mat’s [actes] sont trop pour moi.
110 J'ai perçu sa planification, mais mon [incantation] n'était pas [égale] (à cela).
111 Sa force est puissante, elle est [pleine] de terreur,
112 Elle est tout à fait très forte, personne [ne peut aller contre elle].
113 Son bruit très fort ne diminue pas,
114 J'ai eu peur de son cri et j'ai fait demi-tour.
115 Mon père, ne perds pas espoir, envoie une autre personne contre elle.
116 Bien que la force d'une femme soit très grande, elle n'est pas égale à celle d'un homme.
117 Dissoudre ses cohortes, briser ses plans,
118 Avant qu'elle ne nous impose les mains.”
119 Anšar tomba dans le silence, fixant le sol,
120 Il fit un signe de tête à Ea en secouant la tête.
121 Les Igigi et tous les Anunnaki s'étaient rassemblés,
122 Ils restèrent assis en silence.
123 Aucun dieu n'irait faire face. . [ . . ]
124 Sortirait contre Tia-mat . . . . [ . . ]
125 Pourtant le seigneur Anšar, le père des grands dieux,
126 était en colère dans son cœur, et n'a appelé personne.
127 Un fils puissant, le vengeur de son père,
128 Celui qui s'empresse de faire la guerre, le guerrier Marduk
129 Ea le convoqua dans sa chambre privée
130 Pour lui expliquer ses plans.
131 “Marduk, donne conseil, écoute ton père.
132 Tu es mon fils, qui me donne du plaisir,
133 Va avec révérence devant Anšar,
134 Parlez, prenez position, apaisez-le avec votre regard.”
135 Be-l s'est réjoui des paroles de son père,
136 Il s'approcha et se tint en présence d'Anšar.
137 Anšar le vit, le cœur rempli de satisfaction,
138 Il embrassa ses lèvres et fit disparaître sa peur.
139 “Mon [père] ne te tais pas, mais parle,
140 J'irai accomplir vos désirs !
141 [Anšar,] ne te tais pas, mais parle,
142 J'irai accomplir vos désirs !
143 Quel homme a dressé contre vous son arsenal de bataille ?
144 Et Tia-mat, qui est une femme, vous attaquera-t-elle avec (ses) armes ?
145 [“Mon père], engendrant, réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse,
146 Bientôt tu marcheras sur le cou de Tia-mat !
147 [Anšar], engendrant, réjouis-toi et sois dans l'allégresse,
148 Bientôt tu marcheras sur le cou de Tia-mat !
149 [“Go,] mon fils, au courant de toutes les connaissances,
150 Apaisez Tia-mat avec votre sortilège pur.
151 Conduis sans tarder le char des tempêtes,
152 Et avec un [ . . ] qui ne peut être repoussé, lui tourne le dos.”
153 Be-l s'est réjoui des paroles de son père,
154 Il s'adressa avec joie à son père,
155 “Seigneur des dieux, Destin des grands dieux,
156 Si je devenais ton vengeur,
157 Si je dois lier Tia-mat et te préserver,
158 Convoquez une assemblée et annoncez-moi une destinée exaltée.
159 Asseyez-vous tous à Upšukkinakku avec joie,
160 Et laissez-moi, par ma parole, décréter les destinées à votre place.
161 Tout ce que j'incite ne doit pas être changé,
162 Ma commande ne peut pas non plus être annulée ou modifiée.”

Tablette III

1 Anšar ouvrit la bouche
2 Et s'adressant à Kaka, son vizir,
3 “Vizir Kaka, qui comble mon plaisir,
4 Je t'enverrai à Lah(mu et Lah(amu.
5 Vous êtes habile à faire des enquêtes, appris en adresse.
6 Faites venir les dieux, mes pères, devant moi.
7 Que tous les dieux soient amenés,
8 Laissez-les s'entretenir pendant qu'ils sont à table.
9 Qu'ils mangent du blé, qu'ils boivent de la bière,
10 Qu'ils décrétent le sort de Marduk, leur vengeur.
11 Va, va, Kaka, tiens-toi devant eux,
12 Et répétez-leur tout ce que je vous dis :
13 “Anšar, ton fils, m'a envoyé,
14 Et je dois expliquer ses plans.
15-52 = II, 11*-48 (* au lieu de ‘Mon père,’ mettre ‘ ‘Ainsi,’ )
53 J'ai envoyé Anu, mais il ne pouvait pas lui faire face.
54 Nudimmud prit peur et se retira.
55 Marduk, le sage des dieux, ton fils, s'est avancé,
56 Il a décidé de rencontrer Tia-mat.
57 Il m'a parlé et m'a dit :
58-64 = II, 156*-162 (* commencer par des guillemets : “If )
65 Vite, maintenant, décrétez-lui sans tarder votre destinée,
66 Pour qu'il aille affronter votre puissant ennemi.”
67 Kaka est allé. Il a dirigé ses pas
68 À Lah(mu et Lah(amu, les dieux ses pères.
69 Il s'est prosterné, il a baisé la terre devant eux,
70 Il se leva, leur disant qu'il se tenait debout,
71-124 = II, 13-66
125 Quand Lah(h(a et Lah(amu entendirent), ils crièrent à haute voix.
126 Tous les Igigi gémissaient de détresse,
127 “Qu'est-ce qui a mal tourné pour qu'elle ait pris cette décision à notre sujet ?
128 Nous ne savions pas ce que faisait Tia-mat.”
129 Tous les grands dieux qui décrètent les destinées
130 Rassemblés au fur et à mesure qu'ils allaient,
131 Ils entrèrent en présence d'Anšar et devinrent remplis de [joie],
132 Ils s'embrassèrent pendant qu'ils . [ . . ] dans l'assemblée.
133 Ils discutèrent en se mettant à table,
134 Ils mangeaient du grain, ils buvaient de la bière.
135 Ils passèrent la liqueur douce à travers leurs pailles,
136 Pendant qu'ils buvaient de la bière et se sentaient bien,
137 Ils sont devenus tout à fait insouciants, leur humeur était joyeuse,
138 Et ils décrétèrent le sort de Marduk, leur vengeur.

Tablette IV

1 Ils lui ont dressé une estrade seigneuriale
2 Et il s'assit devant ses pères pour recevoir la royauté.
3 (Ils ont dit,) “Tu es le plus honoré parmi les grands dieux,
4 Votre destin est inégalé, votre commandement est comme Anu’s.
5 Marduk, tu es le plus honoré des grands dieux,
6 Votre destin est inégalé, votre commandement est comme Anu’s.
7 Désormais, votre commande ne sera pas annulée,
8 Il est en votre pouvoir d'exalter et d'abaisser.
9 Ta parole est sûre, ton commandement ne peut être révolté,
10 Aucun des dieux ne transgressera la ligne que vous tracez.
11 Les sanctuaires de tous les dieux ont besoin d'être approvisionnés,
12 afin que vous soyez établis là où sont leurs sanctuaires.
13 Tu es Marduk, notre vengeur,
14 Nous vous avons donné la royauté sur la somme de tout l'univers.
15 Asseyez-vous dans l'assemblée, que votre parole soit exaltée,
16 Que vos armes ne manquent pas la cible, mais qu'elles tuent vos ennemis.
17 Be-l, épargne celui qui se confie en toi,
18 Mais détruis le dieu qui s'est concentré sur le mal.”
19 Ils ont placé une constellation au milieu
20 Et s'adressant à Marduk, leur fils,
21 “Ton destin, Be-l, est supérieur à celui de tous les dieux,
22 Commandez et provoquez l'annihilation et la recréation.
23 Que la constellation disparaisse à ta parole,
24 Avec une deuxième commande, laissez la constellation réapparaître.”
25 Il donna l'ordre et la constellation disparut,
26 Avec un deuxième ordre, la constellation est réapparue.
27 Quand les dieux, ses pères, virent (l'effet de) sa parole,
28 Ils se sont réjouis et ont offert leurs félicitations : “Marduk est le roi !”
29 Ils lui ajoutèrent une masse, un trône et une verge,
30 Ils lui donnèrent une arme irrésistible qui accable l'ennemi :
31 (Ils ont dit,) “Allez, coupez la gorge de Tia-mat’s,
32 Et que les vents portent son sang pour donner la nouvelle.”
33 Les dieux, ses pères, décrétèrent la destinée de Be-l,
34 Et le mets sur la route, la voie de la prospérité et du succès.
35 Il façonna un arc et en fit son arme,
36 Il mit une flèche en place, mit la corde de l'arc.
37 Il prit sa massue et la tint dans sa main droite,
38 Son arc et son carquois étaient suspendus à son côté.
39 Il plaça l'éclair devant lui,
40 Et rempli son corps de langues de feu.
41 Il fit un filet pour emprisonner les entrailles de Tia-mat,
42 Et posté les quatre vents qu'aucune partie de son évasion.
43 Le vent du sud, le vent du nord, le vent d'est, le vent d'ouest,
44 Il mit à côté de son filet les vents donnés par son père Anu.
45 Il a façonné le vent mauvais, la tempête de poussière, la tempête,
46 Le vent quadruple, le vent septuple, le vent qui répand le chaos, le . . . . .Vent.
47 Il envoya les sept vents qu'il avait façonnés,
48 Et ils prirent position derrière lui pour harceler les entrailles de Tia-mat’s.
49 Be-l prit le Déluge, sa grande arme,
50 Il chevauchait le char effrayant de la tempête irrésistible.
51 Il y attacha quatre chevaux et les attela à lui,
52 Le Destructeur, L'Impitoyable, Le Piétineur, La Flotte.
53 Leurs lèvres étaient entrouvertes, leurs dents portaient du venin,
54 Ils étaient étrangers à la lassitude, entraînés à déferler.
55 A sa droite, il plaça des batailles et des luttes acharnées,
56 A gauche, conflit qui submerge une bataille unie.
57 Il était vêtu d'une tunique, une cotte de mailles effrayante,
58 Et sur la tête, il portait une aura de terreur.
59 Be-l continua et se mit en route,
60 Il dirigea son visage vers le Tia-mat déchaîné.
61 Dans ses lèvres il tenait un sort,
62 Il saisit dans sa main une plante pour contrer le poison,
63 Là-dessus, ils se mirent à broyer autour de lui, les dieux se mirent à broyer autour de lui,
64 Les dieux, ses pères, se sont massés autour de lui, les dieux se sont massés autour de lui.
65 Be-l s'approcha, inspectant la gueule de Tia-mat,
66 Il a observé les ruses de Qingu, son épouse.
67 En regardant, il perdit son sang-froid,
68 Sa détermination a disparu et il a vacillé.
69 Ses divins aides, qui marchaient à ses côtés,
70 J'ai vu le guerrier, le premier, et leur vision s'est obscurcie.
71 Tia-mat jeta son sort sans lui tourner le cou,
72 Dans ses lèvres elle tenait le mensonge et le mensonge,
73 “[ . ] . . . . . . . . . . . . .
74 Dans leur [ . ] . ils ont assemblé par vous.”
75 Be-l [souleva] le Déluge, sa grande arme,
76 Et avec ces mots le jeta sur le Tia-mat déchaîné,
77 “Pourquoi es-tu agressif et arrogant,
78 Et s'efforcer de provoquer la bataille?
79 La jeune génération a crié, outrageant ses aînés,
80 Mais toi, leur mère, méprise-toi.
81 Qingu que vous avez nommé pour être votre conjoint,
82 Et vous l'avez indûment nommé au rang d'Anuship.
83 Contre Anšar, roi des dieux, tu as semé le trouble,
84 Et contre les dieux, mes pères, votre peine est établie.
85 Déployez vos troupes, ceignez vos armes,
86 Toi et moi allons prendre position et nous battre.”
87 Quand Tia-mat a entendu cela
88 Elle est devenue folle et a perdu la raison.
89 Tia-mat cria à haute voix et férocement,
90 Tous ses membres inférieurs tremblaient sous elle.
91 Elle récitait une incantation, récitait sans cesse son sortilège,
92 Pendant que les dieux (de bataille) aiguisaient leurs armes de guerre.
93 Tia-mat et Marduk, le sage des dieux, se sont réunis,
94 Rejoindre le conflit, s'approcher de la bataille.
95 Be-l étendit son filet et l'emmêla
96 Il lâcha le Vent Malin, l'arrière-garde, sur son visage.
97 Tia-mat ouvrit la bouche pour l'avaler,
98 Elle laissa entrer le Vent Malin afin qu'elle ne puisse pas fermer les lèvres.
99 Les vents violents pesaient sur son ventre,
100 Ses entrailles étaient distendues et elle ouvrit grand la bouche.
101 Il lança une flèche et lui transperça le ventre,
102 Il lui déchira les entrailles et la fendit en dedans,
103 Il l'a liée et a éteint sa vie,
104 Il jeta son cadavre et se tint dessus.
105 Après avoir tué Tia-mat, le chef,
106 Son assemblée dispersée, son hôte dispersée.
107 Ses divins aides, qui marchaient à côté d'elle,
108 Dans le tremblement et la peur battent en retraite.
109 . . . . pour sauver leur vie,
110 Mais ils étaient complètement encerclés, incapables de s'échapper.
111 Il les lia et brisa leurs armes,
112 Et ils gisaient emmêlés, assis dans un piège,
113 Caché dans les coins, rempli de chagrin,
114 Portant son châtiment, détenu dans une prison.
115 Les onze créatures chargées d'effroi,
116 La foule des démons qui allaient comme palefreniers à sa droite,
117 Il leur mit des cordes et leur lia les bras,
118 Avec leur guerre, il les a piétinés sous lui.
119 Or Qingu, qui avait accédé au pouvoir parmi eux,
120 Il lia et compta avec les dieux morts.
121 Il lui prit la Tablette des Destinées, qui n'était pas proprement la sienne,
122 Il l'a scellé d'un sceau et l'a attaché à sa propre poitrine.
123 Après que le guerrier Marduk eut lié et tué ses ennemis,
124 Avait. . . . l'ennemi arrogant. . . ,
125 Avait établi la victoire d'Anšar sur tous ses ennemis,
126 Avait accompli le désir de Nudimmud,
127 Il renforça son emprise sur les dieux liés,
128 Et retourna à Tia-mat, qu'il avait liée.
129 Be-l a placé ses pieds sur les parties inférieures de Tia-mat
130 Et avec sa massue impitoyable lui brisa le crâne.
131 Il lui a coupé les artères
132 Et que le vent du Nord porte (son sang) pour annoncer la nouvelle.
133 Ses pères le virent et se réjouirent et se réjouirent
134 Ils lui apportèrent des cadeaux et des présents.
135 Be-l se reposa, inspectant le cadavre,
136 Afin de diviser la masse par un stratagème astucieux.
137 Il la fendit en deux comme un poisson séché :
138 Il dressa la moitié d'elle et l'étendit comme les cieux.
139 Il étendit la peau et nomma un guetteur
140 Avec l'instruction de ne pas laisser ses eaux s'échapper.
141 Il a traversé les cieux, a sondé les parties célestes,
142 Et les a ajustés pour qu'ils correspondent à la demeure d'Apsû, Nudimmud’s.
143 Be-l a mesuré la forme de l'Apsû
144 Et installa Ešarra, une réplique d'Ešgalla.
145 A Ešgalla, Ešarra qu'il avait bâtie, et les cieux,
146 Il s'installa dans leurs sanctuaires Anu, Enlil et Ea.

Tablette V

1 Il a façonné des stations célestes pour les grands dieux,
2 Et établissez des constellations, les motifs des étoiles.
3 Il désigna l'année, délimita les divisions,
4 Et établi trois étoiles chacune pour les douze mois.
5 Après avoir organisé l'année,
6 Il a établi la station céleste de Ne-beru pour fixer les intervalles des étoiles.
7 Que nul ne doit transgresser ou être paresseux
8 Il fixa avec elle les stations célestes d'Enlil et d'Ea.
9 portes qu'il ouvrit des deux côtés,
10 Et mettez des boulons solides à gauche et à droite.
11 Il a placé les hauteurs (du ciel) dans son ventre (Tia-mat’s),
12 Il créa Nannar, lui confiant la nuit.
13 Il l'a désigné comme le joyau de la nuit pour fixer les jours,
14 Et mois après mois, sans cesse, il l'élevait d'une couronne,
15 (En disant,) “Brillez sur la terre au début du mois,
16 Resplendissant avec des cornes pour fixer six jours.
17 Le septième jour, la couronne sera demi-taille,
18 Le quinzième jour, au milieu de chaque mois, opposez-vous.
19 Quand Šamaš te voit à l'horizon,
20 Diminuer dans les étapes appropriées et briller à l'envers.
21 Le 29e jour, approche-toi du sentier de Šamaš,
22 . [ . . ] le 30e jour, se tiennent en conjonction et rivalisent avec Šamaš.
23 J'ai ( . . . . ] . le signe, suivez sa trace,
24 Approchez-vous . . ( . . . . . ) rendre un jugement.
25 . [ . . . . ] . Šamaš, contraindre [meurtre] et violence,
26 . [ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] . moi.
* * * * * *
35 À la fin [ . . .
36 Qu'il [soit] le 29e jour [ . . . ”
37 Après [il avait . . . . ] les décrets [ . . .
38 L'organisation du front et . [ . . .
39 Il a fait le jour [ . . .
40 Que l'année soit égale [ . . .
41 À la nouvelle année [ . . .
42 L'année . . . . . [ . . .
43 Qu'il y ait régulièrement [ . . .
44 Le boulon en saillie [ . . .
45 Après avoir eu [ . . .
46 Les veilles de nuit et de jour [ . . .
47 La mousse dont Tia-mat [ . . .
48 Marduk façonna [ . . .
49 Il l'assembla et en fit des nuées.
50 La rage des vents, violents orages,
51 Le bourdonnement de la brume—l'accumulation de sa salive—
52 Il s'établit et les prit en main.
53 Il a mis sa tête en position et a versé . . [ . . ] .
54 Il ouvrit l'abîme et il fut rassasié d'eau.
55 De ses deux yeux il laissa couler l'Euphrate et le Tigre,
56 Il lui a bouché les narines, mais est parti . .
57 Il a entassé les [montagnes] lointaines sur ses seins,
58 Il fora des puits pour canaliser les sources.
59 Il a tordu sa queue et l'a tissée dans le Durmah (u,
60 [ . . . ] . . l'Apsû sous ses pieds.
61 [Il a mis en place] son ​​entrejambe - il a coincé les cieux -
62 [(Ainsi) la moitié d'elle] il l'étendit et la rendit ferme comme la terre.
63 [Après] avoir terminé son travail à l'intérieur de Tia-mat,
64 [Il a étendu] son ​​filet et l'a laissé sortir.
65 Il examina les cieux et la terre. . [ . ] .
66 [ . . ] leurs liens . . . . . . .
67 Après avoir formulé ses règlements et rédigé [ses] décrets,
68 Il attacha des cordes de guidage et les mit entre les mains d'Ea.
69 [La Tablette] des Destins que Qingu avait prise et emportée,
70 Il s'en charge comme un trophée (?) et le présente à Anu.
71 [Le . ] . de bataille, qu'il s'était attaché ou qu'il s'était mis sur la tête,
72 [ . ] . il a amené devant ses pères.
73 [Maintenant] les onze créatures auxquelles Tia-mat avait donné naissance et . . . ,
74 Il brisa leurs armes et les lia (les créatures) à ses pieds.
75 Il en fit des images et les plaça à la [Porte] de l'Apsû,
76 Être un signe à ne jamais oublier.
77 [Les dieux] le virent et se réjouirent,
78 (C'est-à-dire) Lah(mu, Lah(amu et tous ses pères.
79 Anšar [l'embrassa] et publia à l'étranger son titre, “Roi victorieux,”
80 Anu, Enlil et Ea lui ont offert des cadeaux.
81 Mère Damkina, qui l'a enfanté, l'a salué,
82 Avec une robe de fête propre, elle a fait briller son visage.
83 A Usmû, qui lui tenait présent pour annoncer la nouvelle,
84 [Il confia] le vizirat de l'Apsû et le soin des lieux saints.
85 Les Igigi s'assemblèrent et tous lui rendirent hommage,
86 Chacun des Anunnaki embrassait ses pieds.
87 Ils se sont tous réunis pour montrer leur soumission,
88 [ . . . ] . ils se sont levés, ils se sont prosternés, “Voici le roi !”
89 Ses pères [ . . . ] . et se sont rassasiés de sa beauté,
90 Be-l écouta leurs paroles, étant ceint de la poussière de la bataille.
91 . [ . . . . . . . . . . . . ] . . . . . . .
92 Onction de son corps avec . [ . . . ] parfum de cèdre.
93 Il s'est revêtu de [sa] robe seigneuriale,
94 Avec une couronne de terreur comme aura royale.
95 Il prit sa massue et la tint dans sa main droite,
96 . . . ] . il saisit dans sa gauche.
97 [ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ]
98 . . . ] . il a posé ses pieds.
99 Il a mis sur . [ . . .
100 Le sceptre de la prospérité et du succès [il pendait] à son côté.
101 Après [il avait . . . ] l'aura [
102 Il orna (?) son sac, l'Apsû, d'un effrayant [ . . ]
103 A été réglé comme . [ . . .
104 Dans [sa] salle du trône [ . . .
105 Dans sa cella [ . . .
106 Chacun des dieux [ . . .
107 Lah(mu et Lah(amu . [ . . . . . . . ] .
108 ouvrirent la bouche et s'adressèrent aux dieux Igigi,
109 “Auparavant, Marduk était notre fils bien-aimé,
110 Maintenant, il est votre roi, tenez compte de son ordre!”
111 Ensuite, ils parlèrent tous ensemble,
112 “Il s'appelle Lugaldimmerankia, aie confiance en lui !”
113 Quand ils eurent donné la royauté à Marduk,
114 Ils lui ont adressé une bénédiction pour la prospérité et le succès,
115 “Tu es désormais le gardien de notre sanctuaire,
116 Quoi que vous commandiez, nous le ferons !”
117 Marduk ouvrit la bouche pour parler
118 Et s'adressant aux dieux ses pères,
119 “Au-dessus de l'Apsû, la demeure d'émeraude (?),
120 En face d'Ešarra, que j'ai construit pour toi,
121 Sous les parties célestes dont j'ai raffermi le sol,
122 Je construirai une maison qui sera ma demeure luxueuse.
123 J'y établirai son sanctuaire,
124 Je fonderai ma chambre et établirai ma royauté.
125 Quand tu montes de l'Apsû pour prendre une décision
126 Ce sera votre lieu de repos avant l'assemblée.
127 Quand tu descends du ciel pour prendre une décision
128 Ce sera votre lieu de repos avant l'assemblée.
129 J'appellerai son nom ‘Babylon’, “The Homes of the Great Gods”,
130 A l'intérieur nous tiendrons une fête : ce sera la fête du soir.
131 [Les dieux], ses pères, [entendirent] ce discours de lui,
132 . [ . . . . . . . . . . . . ] . ils ont dit,
133 “En ce qui concerne tout ce que tes mains ont fait,
134 Qui a votre [ . . . ] ?
135 En ce qui concerne la terre que tes mains ont faite,
136 Qui a votre [ . . . ] ?
137 A Babylone, comme tu l'as nommé,
138 Mettez notre [lieu de repos] pour toujours.
139 . [ . . . . . . . . . ] qu'ils nous apportent des offrandes régulières
140 . [ . . . . . . . . . . . . . . . . ] . .
141 Quiconque [ . . . ] nos tâches que nous . [ . . .
142 Dans celui-ci [ . . . . . ] son ​​labeur . [ . . .
143 [ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ]
144 Ils se sont réjouis [ . . . . . . . . . . . ] . . [ . . .
145 Les dieux . [ . . . . . . . . . . . . . ]
146 Celui qui sait [ . . . . . . . . . ] . eux
147 Il ouvrit [sa bouche leur montrant] la lumière,
148 . . [ . . . . . . . . . ] son ​​discours . [ . ]
149 Il a fait large [ . . . . . . . . ] . eux [ . . .
150 Et . [ . . . . . . . . . . . . ] . . . . .
151 Les dieux se prosternèrent en lui parlant,
152 Ils s'adressèrent à Lugaldimmerankia, leur seigneur,
153 “Autrefois, seigneur, [tu étais notre fils bien-aimé],
154 Maintenant tu es notre roi, . . [ . . . ]
155 Celui qui . [ . ] . [ . ] préservé [nous]
156 . . [. . . ] l'aura de massue et de sceptre.
157 Qu'il conçoive des plans [ . . . . ] . . [ . . . ]
158 [ . ] . . [ . . . . . . que nous . [ . . .”

Tablette VI

1 Quand Marduk a entendu le discours des dieux
2 Il conçut le désir d'accomplir des choses intelligentes.
3 Il ouvrit la bouche en s'adressant à Ea,
4 Il conseille ce qu'il avait médité dans son cœur,
5 “Je rassemblerai le sang pour former un os,
6 Je ferai naître Lullû, dont le nom sera ‘man’.
7 Je créerai Lullû, l'homme
8 Sur qui reposera le travail des dieux pour qu'ils reposent.
9 Je modifierai habilement l'organisation des dieux :
10 Bien qu'ils soient honorés comme un seul, ils seront divisés en deux.”
11 Ea répondit, en lui adressant une parole :
12 Exprimant ses commentaires sur le repos des dieux,
13 “Qu'un de leurs frères soit abandonné.
14 Qu'il périsse afin que les hommes soient façonnés.
15 Que les grands dieux s'assemblent
16 Et que le coupable soit abandonné pour qu'il soit confirmé.”
17 Marduk rassembla les grands dieux,
18 En donnant des instructions gracieuses pendant qu'il donnait son ordre,
19 Pendant qu'il parlait, les dieux l'écoutaient :
20 Le roi adressa une parole aux Anunnaki,
21 “Votre ancien serment était vrai,
22 (Maintenant aussi) dis-moi la vérité solennelle :
23 Qui est celui qui a déclenché la guerre,
24 Qui a provoqué la rébellion de Tia-mat et déclenché la bataille ?
25 Que celui qui a déclenché la guerre soit abandonné
26 Afin que je lui impose son châtiment, mais que vous vous asseyez et vous reposez.
27 Les Igigi, les grands dieux, lui répondirent :
28 C'est-à-dire Lugaldimmerankia, le conseiller des dieux, le seigneur,
29 “Qingu est l'instigateur de la guerre,
30 Qui a rendu Tia-mat rebelle et a déclenché la bataille.”
31 Ils le lièrent, le tenant devant Ea,
32 Ils lui infligent le châtiment et lui coupent les vaisseaux sanguins.
33 De son sang il (Ea) créa l'humanité,
34 A qui il imposa le service des dieux et libéra les dieux.
35 Après que le sage Ea eut créé l'humanité
36 Et leur avait imposé le service des dieux,
37 Cette tâche dépasse l'entendement
38 Car Nudimmud a exécuté la création avec l'habileté de Marduk—
39 Le roi Marduk divisa les dieux,
40 Tous les Anunnaki en groupes supérieurs et inférieurs.
41 Il a assigné 300 dans les cieux pour garder les décrets d'Anu
42 Et les a nommés gardes.
43 Ensuite, il organisa l'organisation de l'au-delà.
44 Dans les cieux et les enfers, il plaça 600 dieux.
45 Après avoir arrangé tous les décrets,
46 Et avait distribué des revenus parmi les Anunnaki du ciel et des enfers,
47 Les Anunnaki ouvrirent la bouche
48 Et s'adressant à leur seigneur Marduk,
49 “Maintenant, seigneur, voyant que tu as établi notre liberté
50 Quelle faveur pouvons-nous vous faire ?
51 Faisons un sanctuaire de grande renommée :
52 Votre chambre sera notre lieu de repos où nous pourrons nous reposer.
53 Érigons un sanctuaire pour abriter un piédestal
54 Dans lequel nous pouvons nous reposer lorsque nous aurons terminé (le travail).”
55 Lorsque Marduk entendit cela,
56 Il rayonnait aussi brillamment que la lumière du jour,
57 “Construisez Babylon, la tâche que vous avez recherchée.
58 Laissez les briques pour cela être moulées et élevez le sanctuaire!”
59 Les Anunnaki brandissaient la pioche.
60 Pendant un an, ils ont fabriqué les briques nécessaires.
61 Quand la deuxième année arriva,
62 Ils élevèrent le pic d'Esagil, réplique de l'Apsû.
63 Ils construisirent la haute tour du temple de l'Apsû
64 Et pour Anu, Enlil et Ea, ils ont établi son . . comme habitation.
65 Il s'assit devant eux dans toute sa splendeur,
66 Sondage ses cornes, qui étaient au niveau de la base d'Ešarra.
67 Après avoir terminé le travail sur Esagil
68 Tous les Anunnaki ont construit leurs propres sanctuaires.
69 300 Igigi du ciel et 600 des Apsû, tous, s'étaient rassemblés.
70 Be-l fit asseoir les dieux, ses pères, au banquet
71 Dans le haut sanctuaire qu'ils avaient bâti pour sa demeure,
72 (En disant,) “C'est Babylone, votre demeure fixe,
73 Prenez votre plaisir ici! Asseyez-vous dans la joie !
74 Les grands dieux s'assirent,
75 chopes à bière furent disposées et ils s'assirent au banquet.
76 Après s'être amusés à l'intérieur
77 Ils ont tenu un service dans l'impressionnant Esagil.
78 Le règlement et toutes les règles ont été confirmés :
79 Tous les dieux ont divisé les stations du ciel et du monde inférieur.
80 Le collège des Cinquante grands dieux prit place,
81 Les sept dieux des destinées ont été nommés pour prendre des décisions.
82 Be-l reçut son arme, l'arc, et le posa devant eux :
83 Ses divins pères virent le filet qu'il avait fait.
84 Ses pères virent à quel point la structure de l'arc était habilement travaillée
85 Comme ils louaient ce qu'il avait fait.
86 Anu l'éleva dans l'assemblée divine,
87 Il embrassa l'arc en disant : “C'est ma fille !”
88 Ainsi il appela les noms de l'arc :
89 “Long Stick” était le premier, le second était, “Qu'il atteigne la cible.”
90 Avec le troisième nom, “Bow Star”, il l'a fait briller dans le ciel,
91 Il fixa sa position céleste avec ses frères divins.
92 Après qu'Anu eut décrété le destin de l'arc,
93 Il a établi un trône royal, élevé même pour un dieu,
94 Anu le plaça là dans l'assemblée des dieux.
95 Les grands dieux s'assemblèrent,
96 Ils exaltèrent le destin de Marduk et se prosternèrent.
97 Ils ont invoqué une malédiction sur eux-mêmes
98 Et ils prêtèrent serment avec de l'eau et de l'huile, et portèrent leurs mains à leur gorge.
99 Ils lui accordèrent le droit d'exercer la royauté sur les dieux,
100 Ils l'ont confirmé comme seigneur des dieux du ciel et des enfers.
101 Anšar lui a donné son nom exalté, Asalluh(i
102 “A l'évocation de son nom, soyons soumis !
103 Quand il parle, que les dieux l'écoutent,
104 Que son commandement soit supérieur dans les régions supérieures et inférieures.
105 Que le fils, notre vengeur, soit exalté,
106 Que sa seigneurie soit supérieure et lui-même sans rival.
107 Qu'il fasse paître les points noirs, ses créatures,
108 Qu'ils racontent son caractère aux jours futurs sans oublier.
109 Qu'il établisse de somptueuses offrandes de nourriture pour ses pères,
110 Qu'il pourvoie à leur entretien et qu'il soit le gardien de leurs sanctuaires,
111 Qu'il brûle de l'encens pour réjouir leurs sanctuaires.
112 Qu'il fasse sur la terre ce qu'il a fait au ciel :
113 Qu'il nomme les têtes noires pour l'adorer.
114 Les sujets humains devraient prendre note et invoquer leurs dieux,
115 Puisqu'il commande qu'ils tiennent compte de leurs déesses,
116 Que des offrandes de nourriture soient apportées [pour] (?) leurs dieux et déesses,
117 Qu'ils (?) ne soient pas oubliés, qu'ils se souviennent de leurs dieux,
118 Qu'ils . . . leur . . , puissent - ils . . leurs sanctuaires.
119 Bien que les points noirs adorent quelqu'un, un autre dieu,
120 Il est le dieu de chacun de nous !
121 Viens, appelons les cinquante noms
122 De celui dont le caractère est resplendissant, dont l'accomplissement est le même.
123 MARDUK
Comme il a été nommé par son père Anu dès sa naissance,
124 Qui fournit le pâturage et l'abreuvement, faisant prospérer les écuries.
125 Qui a lié le vantard avec son arme, le déluge d'orage,
126 Et sauva les dieux, ses pères, de la détresse.
127 C'est le fils, le dieu-soleil des dieux, il est éblouissant,
128 Qu'ils marchent toujours dans sa lumière éclatante.
129 Sur les peuples qu'il a créés, les êtres vivants,
130 Il imposa le service des dieux et ils se reposèrent.
131 Création et anéantissement, pardon et imposition de la peine
132 Se produisent sur son ordre, qu'ils fixent donc leurs yeux sur lui.
133 Marukka : c'est le dieu qui les a créés
134 Qui ont mis les Anunnaki à l'aise, les Igigi au repos.
135 Marutukku : il est le soutien de la terre, de la ville et de ses peuples,
136 Désormais, que les peuples l'écoutent toujours.
137 Meršakušu : féroce mais réfléchi, colérique mais radouci,
138 Son esprit est large, son cœur embrasse tout.
139 Lugaldimmerankia est le nom par lequel nous l'appelions tous,
140 Dont nous avons élevé le commandement au-dessus de celui des dieux ses pères.
141 Il est le seigneur de tous les dieux du ciel et des enfers,
142 Le roi aux injonctions duquel les dieux des régions supérieures et inférieures frémissent.
143 Narilugaldimmerankia est le nom que nous lui avons donné, le mentor de chaque dieu,
144 Qui a établi nos demeures dans les cieux et dans les enfers en temps de trouble,
145 Qui distribua les stations célestes entre Igigi et Anunnaki,
146 Que les dieux tremblent à son nom et tremblent sur leurs sièges.
147 Asalluh (i est le nom par lequel son père Anu l'appelait,
148 Il est la lumière des dieux, un héros puissant,
149 Qui, comme son nom l'indique, est un ange protecteur pour Dieu et la terre,
150 Qui, par un combat terrible, sauva notre demeure en temps de trouble.
151 Asalluh (i-Namtilla ils l'appelaient en second lieu, le dieu vivifiant,
152 Qui, conformément à la forme (de) son (nom), a restauré tous les dieux ruinés,
153 Le seigneur, qui fit revivre les dieux morts par sa pure incantation,
154 Louons-le comme le destructeur des ennemis véreux.
155 Asalluh (i-Namru, comme son nom est appelé en troisième lieu,
156 Le dieu pur, qui nettoie notre caractère.”
157 Anšar, Lah(mu, et Lah(amu (chacun) l'appelaient par trois de ses noms,
158 Alors ils s'adressèrent aux dieux, leurs fils,
159 “Nous l'avons appelé chacun par trois de ses noms,

160 Maintenant, vous l'appelez par ses noms, comme nous.”
161 Les dieux se réjouirent en entendant leur discours,
162 À Upšuukkinaki, ils ont tenu une conférence,
163 “Du fils guerrier, notre vengeur,
164 Du pourvoyeur, exaltons le nom.”
165 Ils s'assirent en leur assemblée, convoquant les destinées,
166 Et avec tous les rites dus, ils appelèrent son nom :

Tablette VII

1 Asarre, le donateur de la terre arable qui a établi la terre labourée,
2 Le créateur de l'orge et du lin, qui a fait pousser le végétal.
3 Asaralim, qui est vénéré dans la chambre du conseil, dont le conseil excelle,
4 Les dieux l'écoutent et le redoutent.
5 Asaralimnunna, le noble, la lumière du père, son géniteur,
6 Qui dirige les décrets d'Anu, d'Enlil et d'Ea, c'est Ninšiku.
7 Il est leur pourvoyeur, qui assigne leurs revenus,
8 Dont le turban multiplie l'abondance pour la terre.
9 (13) Tutu est celui qui accomplit leur rénovation,
10 Qu'il purifie leurs sanctuaires pour qu'ils se reposent.
11 Qu'il façonne une incantation pour que les dieux se reposent,
12 S'ils se lèvent avec fureur, qu'ils se retirent.
13 Il est en effet exalté dans l'assemblée des dieux, ses [pères],
14 Nul parmi les dieux ne peut l'égaler.
15 Tutu-Ziukkinna, la vie de [son] hôte,
16 Qui a établi les cieux purs pour les dieux,
17 qui ont pris en charge leurs cours, qui ont établi [leurs stations],
16 Qu'il ne soit pas oublié parmi les mortels, mais [qu'ils se souviennent] de ses actes.
19 Tutu-Ziku, ils l'appelèrent en troisième lieu, l'initiateur de la purification,
20 Le dieu de la brise agréable, seigneur du succès et de l'obéissance,
21 Qui produit la générosité et la richesse, qui établit l'abondance,
22 Qui transforme en profusion tout ce que nous avons de maigre,
23 Dont nous flairions l'agréable brise au temps d'une terrible détresse,
24 Que les hommes commandent que ses louanges soient constamment prononcées, qu'ils adorent
lui.
25 Comme Tutu-Agaku, quatrièmement, que les humains l'exaltent,
26 Seigneur de la pure incantation, qui ressuscita les morts,
27 Qui a fait miséricorde aux dieux liés,
28 Qui a jeté le joug imposé sur les dieux, ses ennemis,
29 Et pour les épargner, il créa l'humanité.
30 Le miséricordieux, au pouvoir duquel il est de rétablir la vie,
31 Que ses paroles soient sûres et non oubliées
32 De la bouche des points noirs, ses créatures.
33 Comme Tutu-Tuku, cinquièmement, que leur bouche exprime son pur charme,
34 Qui a extirpé tous les méchants par sa pure incantation.
35 Šazu, qui connaissait le cœur des dieux, qui voyait les rênes,
36 Qui n'a pas laissé échapper un malfaiteur,
37 qui ont établi l'assemblée des dieux, qui ont réjoui leurs cœurs,
38 Qui a subjugué les désobéissants, il est la protection des dieux englobant.
39 Il a fait prospérer la vérité, il a déraciné les discours pervers,
40 Il sépara le mensonge de la vérité.
41 Comme Šazu-Zisi, deuxièmement, qu'ils le louent continuellement, lui, le soumis des agresseurs,
42 Qui chassa la consternation des corps des dieux, ses pères.
43 Šazu-Suh (rim, troisièmement, qui extirpa tout ennemi avec ses armes,
44 Qui a confondu leurs plans et les a transformés en vent.
45 Il étouffa tous les méchants qui venaient contre lui,
46 Que les dieux crient toujours des acclamations dans l'assemblée.
47 Šazu-Suh (gurim, quatrièmement, qui a établi le succès pour les dieux, ses pères,
48 Qui ont extirpé des ennemis et détruit leur postérité,
49 Qui ont dispersé leurs exploits, n'en laissant aucune part,
50 Que son nom soit prononcé et proclamé dans le pays.
51 Comme Šazu-Zah(rim, cinquièmement, que les futures générations le discutent,
52 Le destructeur de tout rebelle, de tous les désobéissants,
53 Qui a fait entrer tous les dieux fugitifs dans les sanctuaires,
54 Que son nom soit établi.
55 Comme Šazu-Zah (gurim, sixièmement, qu'ils l'adorent entièrement et partout,
56 Qui lui-même a détruit tous les ennemis au combat.
57 C'est Enbilulu, le seigneur qui les fournit en abondance,
58 Leur grand élu, qui offre des offrandes de céréales,
59 Qui maintient le pâturage et l'abreuvement en bon état et l'a établi pour la terre,
60 Qui ont ouvert des cours d'eau et distribué de l'eau en abondance.
61 Enbilulu-Epadun, seigneur des terres communales et . . ., qu'ils [l'appellent] deuxièmement,
62 Superviseur du canal du ciel et des enfers, qui trace le sillon,
Qui établit des terres arables propres en rase campagne,
63 Qui dirige le fossé et le canal d'irrigation, et trace le sillon.
64 Comme Enbilulu-Gugal, surveillant du canal des cours d'eau des dieux, qu'ils le louent en troisième lieu,
65 Seigneur de l'abondance, de la profusion et des immenses réserves (de céréales),
66 Qui pourvoit à la générosité, qui enrichit les habitations humaines,
67 Qui donne du blé et fait naître le grain.
68 Enbilulu-H(egal, qui accumule l'abondance pour les peuples . . . .
69 Qui fait pleuvoir des richesses sur la vaste terre et fournit une végétation abondante.
70 Monsieur, qui a entassé une montagne au sommet de Tia-mat,
71 Qui a pillé le cadavre de Tia-mat avec [ses] armes,
72 Le gardien du pays, leur fidèle berger,
73 Dont les cheveux sont une plante qui pousse, dont le turban est un sillon,
74 qui traversait la grande mer dans sa fureur,
75 Et continuait à traverser le lieu de sa bataille comme s'il s'agissait d'un pont.
76 Sirsir-Malah (ils l'ont nommé en second, qu'il en soit ainsi -
77 Tia-mat était son bateau, il était son matelot.
78 Gil, qui entasse toujours des tas d'orge, des monticules massifs,
79 Le créateur de blé et de bétail, qui donne de la semence pour la terre.
80 Gilima, qui raffermit le lien des dieux, qui créa la stabilité,
81 Un piège qui les accabla, qui pourtant leur prodiguaient des faveurs.
82 Agilima, la noble, qui arrache la couronne, qui s'occupe de la neige,
83 Qui a créé la terre sur l'eau et affermi la hauteur des cieux.
84 Zolum, qui assigne des prairies aux dieux et partage ce qu'il a créé,
85 Qui donne des revenus et des offrandes de nourriture, qui administre les sanctuaires.
86 Mummu, créateur du paradis et du monde souterrain, qui protège les réfugiés,
87 Le dieu qui purifie le ciel et le monde souterrain, deuxièmement Zulummu,
88 En ce qui concerne la force de laquelle aucun autre parmi les dieux ne peut l'égaler.
89 Gišnumunab, créateur de tous les peuples, qui a fait les régions du monde,
90 Qui a détruit les dieux de Tia-mat et en a fait des peuples.
91 Lugalabdubur, le roi qui a dispersé les œuvres de Tia-mat, qui a déraciné ses armes,
92 Dont la fondation est sécurisée sur les “avant et arrière”.
93 Pagalguenna, le premier de tous les seigneurs, dont la force est exaltée,
94 Qui est le plus grand parmi les dieux, ses frères, le plus noble de tous.
95 Lugaldurmah(, roi du lien des dieux, seigneur de Durmah(u,
96 Qui est le plus grand dans la demeure royale, infiniment plus élevé que les autres dieux.
97 Aranunna, conseiller d'Ea, créateur des dieux, ses pères,
98 Qu'aucun dieu ne peut égaler en ce qui concerne sa marche seigneuriale.
99 Dumuduku, qui renouvelle pour lui-même sa pure demeure à Duku,
100 Dumuduku, sans qui Lugalduku ne prend pas de décision.
101 Lugalšuanna, le roi dont la force est exaltée parmi les dieux,
102 Le seigneur, la force d'Anu, celui qui est suprême, choisi d'Anšar.
103 Irugga, qui les a tous pillés dans la mer,
104 Qui saisit toute sagesse, est compréhensif.
105 Irqingu, qui a pillé Qingu en . . . bataille,
106 Qui dirige tous les décrets et établit la seigneurie.
107 Kinma, le directeur de tous les dieux, qui donne des conseils,
108 Au nom de qui les dieux se penchent avec révérence comme avant un ouragan.
109 Dingir-Esiskur—qu'il prenne son siège élevé dans la Maison de Bénédiction,
110 Que les dieux lui apportent leurs cadeaux
111 Jusqu'à ce qu'il reçoive leurs offrandes.
112 Personne d'autre que lui n'accomplit des choses intelligentes
113 Les quatre (régions) des points noirs sont sa création,
114 En dehors de lui, aucun dieu ne connaît la mesure de leurs jours.
115 Girru, qui rend les armes dures (?),
116 Qui a accompli des choses intelligentes dans la bataille avec Tia-mat,
117 Compréhensif en sagesse, habile en compréhension,
118 Un esprit profond, que tous les dieux réunis ne comprennent pas.
119 Qu'Addu soit son nom, qu'il couvre toute l'étendue du ciel,
120 Qu'il tonne de sa voix douce sur la terre,
121 Que le grondement remplisse (?) les nuages
Et nourrissez les peuples d'en bas.
122 Aša-ru, qui, comme son nom l'indique, a rassemblé les Destins Divins
123 Il est en effet le gardien d'absolument tous les peuples.
124 Comme Ne-beru le laissait tenir le lieu de passage du ciel et du monde souterrain,
125 Ils ne doivent pas traverser en haut ou en bas, mais doivent l'attendre.
126 Ne-beru est son étoile, qu'il a fait briller dans le ciel,
127 Qu'il se dresse sur l'escalier céleste pour qu'on le regarde.
128 Oui, celui qui traverse constamment la mer sans se reposer,
129 Que son nom soit Ne-beru, qui saisit son milieu,
130 Qu'il fixe les sentiers des étoiles du ciel,
131 Qu'il fasse paître tous les dieux comme des brebis,
132 Qu'il lie Tia-mat et mette sa vie en danger de mort,
133 Aux générations à naître, aux jours futurs lointains,
134 Puisse-t-il continuer sans contrôle, puisse-t-il persister dans l'éternité.
135 Depuis qu'il a créé les cieux et façonné la terre,
136 Enlil, le père, l'appelait par son propre nom, ‘Lord of the Lands’.
137 Ea entendit les noms que tous les Igigi appelaient
138 Et son esprit devint radieux.
139 “Pourquoi ! Celui dont le nom était exalté par ses pères
140 Qu'il s'appelle, comme moi, ‘Ea’.
141 Qu'il contrôle la somme de tous mes rites,
142 Qu'il administre tous mes décrets.”
143 Avec le mot “Cinquante” les grands dieux
144 A appelé ses cinquante noms et lui a attribué une position exceptionnelle.
145 Il ne faut pas oublier qu'une figure de proue devrait les exposer,
146 Les sages et les érudits devraient s'entretenir à leur sujet,
147 Un père doit les répéter et les enseigner à son fils,
148 On devrait les expliquer au berger et au berger.
149 Si l'on ne néglige pas Marduk, l'Enlil des dieux,
150 Puisse votre terre fleurir et prospérer,
151 (Car) sa parole est sûre, son commandement inchangé,
152 Aucun dieu ne peut altérer l'expression de sa bouche.
153 Quand il regarde avec fureur, il ne fléchit pas,
154 Quand sa colère s'enflamme, aucun dieu ne peut lui faire face.
155 Son esprit est profond, son esprit est universel,
156 Devant qui le péché et la transgression sont recherchés.
157 Instruction qu'un personnage de premier plan répéta devant lui (Mardouk) :
158 Il l'a écrit et l'a stocké afin que les générations à venir puissent l'entendre.
159 [ . . ] . Marduk, qui a créé les dieux Igigi,
160 Bien qu'ils diminuent . . . qu'ils invoquent son nom.
161 . . . la chanson de Marduk,
162 Qui a vaincu Tia-mat et a pris la royauté

UNE AUTRE VERSION

[Noter: À proprement parler, le texte n'est pas une création-légende, bien qu'il donne une variante de l'incident principal de l'histoire de la création selon l'Enuma Elish. Ici, le combat avec le dragon n'a pas précédé la création du monde, mais a eu lieu après la création des hommes et la construction des villes.]

Les villes soupiraient, les hommes …
Les hommes ont poussé des lamentations, ils …
Pour leurs lamentations il n'y avait personne pour les aider,
Pour leur chagrin, il n'y avait personne pour les prendre par la main.
· Qui était le dragon… ?
Tiamat était le dragon…..
Bel dans le ciel s'est formé…..
Cinquante kaspu [Un kaspu est l'espace qui peut être parcouru en deux heures de voyage, c'est-à-dire six ou sept milles] dans sa longueur, un kaspu dans sa hauteur,
Six coudées est sa bouche, douze coudées son…,
Douze coudées est le circuit de ses oreilles…
Pour l'espace de soixante coudées, c'est un oiseau
Dans l'eau à neuf coudées de profondeur, il traîne & #8230.”
Il lève la queue haut & #8230
Tous les dieux du ciel…
Au ciel, les dieux se sont prosternés devant le dieu-lune & #8230
La bordure de la robe du dieu-lune qu'ils s'empressèrent de saisir :
“Qui ira tuer le dragon,”
Et livrer la vaste terre de…
Et devenir roi ?
” Allez, Tishu, slave le dragon,
Et livrer la vaste terre de…,
Et deviens roi…!”
Tu m'as envoyé, ô Seigneur, vers les créatures déchaînées du fleuve,
Mais je ne connais pas le&8230 du Dragon !

INVERSER

…………….
Et ouvrit la bouche et parla au dieu…
” Remuez les nuages, et orage et tempête !
Tu mettras devant ta face le sceau de ta vie,
Tu le saisiras, et tu tueras le dragon.”
Il souleva les nuages, l'orage et la tempête,
Il a mis le sceau de sa vie devant sa face,
Il l'a saisi et il a tué le dragon.
Pendant trois ans et trois mois, un jour et une nuit
Le sang du dragon coulait. …


Scepticisme à l'égard de la création

L'inconnaissabilité de la création

A côté des divers mythes et doctrines concernant la création, il existe également des positions sceptiques concernant l'inconnaissabilité de la création. Cette critique est présente dans plusieurs traditions religieuses et philosophiques. Il peut être en corrélation avec la signification mythique de Deus otiosus, la divinité qui se retire du monde après sa création, ou avec le thème mythique de certains mythes de plongeurs terrestres qui mettent l'accent sur la fatigue physique et intellectuelle de la divinité après la création.

Dans le premier cas, le retrait de la divinité de la création ne laisse aucun accès à son plan ou à sa volonté dans l'autre cas, à cause de la fatigue de la divinité qui a épuisé toutes ses connaissances dans la création, il n'y a donc rien pour l'homme à apprendre de lui. Dans la tradition indienne, le Rigveda exprime le scepticisme de cette manière :

Lui, l'origine première de cette création, qu'il l'ait formée ou non,
Dont l'œil contrôle ce monde au plus haut des cieux, il le sait vraiment, ou peut-être ne le sait-il pas.

Le Bouddha a déclaré certaines questions cosmologiques et métaphysiques sans réponse. Son refus de répondre à des questions de ce genre a donné naissance au « silence du Bouddha » en tant que style philosophique du bouddhisme. Ils comprenaient des questions telles que si le monde est éternel ou non ou les deux si le monde est fini (dans l'espace) ou infini ou les deux ou ni l'un ni l'autre.

Dans la tradition chinoise Guo Xiang (mort en 312 CE) a remis en question l'origine de l'oscillation de base du mouvement taoïste. Pour Guo, le non-être n'existe pas car l'être est la seule réalité. L'être n'a pas pu évoluer à partir du non-être et ne peut pas non plus revenir au non-être. Comme Guo Xiang l'a dit,

Je me risque à demander si le Créateur est ou n'est pas ? S'il ne l'est pas, comment peut-il créer des choses ? S'Il l'est, alors (étant l'une de ces choses), Il est incapable de créer la masse des formes corporelles. . . . La création des choses n'a pas de Seigneur, tout se crée. Tout se produit et ne dépend de rien d'autre. C'est la voie normale de l'univers.

Un scepticisme de ce même genre est exprimé par Parménide, un présocratique, et dans la tradition moderne de la philosophie occidentale de Kritik der Reinen Vernunft d'Emmanuel Kant (1ère éd. 1781 Eng. trans., Critique of Pure Reason, 1929) à Ludwig Wittgenstein Tractatus Logico-Philosophicus (1922). Un tel scepticisme sur la nature de l'ordre cosmique et surtout sur l'origine ultime de l'univers limite la possibilité pour la conscience rationnelle de poser ces questions de manière authentique.

Dans certains cas, les théologiens ont accepté et maintenu une notion de révélation comme réponse à ces questions sans réponse. Dans d'autres cas, les questions elles-mêmes ont été qualifiées d'insensées


L'épopée babylonienne de la création

Le mythe babylonien/mésopotamien de la création, Enuma Elish, When on high, a été écrit au plus tard sous le règne de Nabuchodonosor au XIIe siècle avant notre ère. Mais il ne fait également aucun doute que cette histoire a été écrite bien plus tôt, à l'époque des Sumériens. Jetant un nouvel éclairage sur les anciens, Henry Layard a trouvé dans les ruines de la bibliothèque d'Assurbanipal à Ninive, des textes qui n'étaient pas sans rappeler la création de la Genèse dans la Bible. George Smith a publié ces textes pour la première fois en 1876 sous le titre « The Chaldean Genesis ». Texte akkadien écrit dans l'ancien dialecte babylonien.

Quand en haut le ciel n'avait pas été nommé,
La terre ferme ci-dessous n'avait pas été appelée par son nom,
Rien d'autre qu'Apsu primordial, leur géniteur,
(Et) Mummu-Tiamat, elle qui les a tous portés,
Leurs eaux se mélangeant comme un seul corps
Aucune hutte de roseau n'avait été emmêlée, aucun marais n'était apparu,
Quand aucun dieu n'avait été créé,
Non appelés par leur nom, leurs destins indéterminés-
C'est alors que les dieux se formèrent en eux.
Lahmu et Lahamu ont été amenés, par leur nom, ils ont été appelés.
Pendant des éons, ils ont grandi en âge et en stature.
Anshar et Kishar se sont formés, surpassant les autres.
Ils prolongeaient les jours, rajoutaient les années.
Anu était leur fils, de ses pères le rival
Oui, le premier-né d'Anshar, Anu était son égal.
Anu a engendré à son image Nudimmud.
Ce Nudimmud était de ses pères le maître
De grande sagesse, de compréhension, puissant en force,
De loin plus puissant que son grand-père, Anshar.
Il n'avait pas de rival parmi les dieux, ses frères.
Les frères divins se sont unis,
Ils ont dérangé Tiamat alors qu'ils faisaient des allers-retours,
Ouais, ils ont troublé l'humeur de Tiamat
Par leur hilarité dans la Demeure du Ciel.
Apsu ne pouvait pas diminuer leur clameur
Et Tiamat était sans voix devant leurs manières.
Leurs actions étaient répugnantes pour (. . .).
Peu recommandables étaient leurs manières qu'ils étaient autoritaires.
Puis Apsu, l'engendre des grands dieux,
S'écria en s'adressant à Mummu, son vizir :
"O Mummu. mon vizir, qui réjouis mon esprit,
Venez ici et allons à Tiamat !"
Ils allèrent s'asseoir devant Tiamat,
Échanger des conseils sur les dieux, leur premier-né.
Apsu, ouvrant la bouche,
Dit à la resplendissante Tiamat :
"Leurs voies me sont vraiment odieuses.
Le jour je ne trouve pas de soulagement, ni de repos la nuit.
Je détruirai, je briserai leurs chemins,
Ce calme peut être restauré. Reposons-nous !"
Dès que Tiamat entendit cela,
Elle était en colère et a appelé son mari.
Elle a crié affligée, alors qu'elle se déchaînait toute seule,
Injecter du malheur dans son humeur :
"Quoi ? Doit-on détruire ce que l'on a construit ?
Leurs manières sont en effet gênantes, mais assistons-nous gentiment ! »
Mauvais désir et peu aimable était le conseil de Mummu :
"Détruisez, mon père, les voies mutines.
Alors tu seras soulagé le jour et te reposeras la nuit ! »
Quand Apsu entendit cela, son visage devint radieux
A cause du mal qu'il a planifié contre les dieux, ses fils.
Quant à Mummu, par le cou il l'embrassa
As (celui-là) s'est assis sur ses genoux pour l'embrasser.
(Maintenant) tout ce qu'ils ont comploté entre eux
A été répété aux dieux, leur premier-né.
Quand les dieux entendirent (ceci), ils s'agitèrent,
(Puis) est tombé dans le silence et est resté sans voix,
Dépassant en sagesse, accompli, débrouillard,
Ea, le tout sage, a percé leur plan.
Une conception de maître contre elle qu'il a conçue et mise en place,
Rendu astucieux son sort contre elle, surpassant et saint.
Il l'a récité et l'a fait subsister dans les profondeurs,
Alors qu'il dormait sur lui. Endormi, il gisait.
Quand Apsu il s'allongea, trempé de sommeil,
Mummu, le conseiller, était impuissant à bouger,
Il a desserré son bracelet, arraché sa tiare,
A enlevé son halo (et) l'a mis sur lui-même.
Après avoir enchaîné Apsu, il le tua.
Mummu, il s'est lié et a laissé derrière lui la serrure.
Ayant ainsi établi sa demeure sur Apsu,
Il s'empara de Mummu, le tenant par la corde du nez.
Après avoir vaincu et foulé aux pieds ses ennemis,
Ea, son triomphe sur ses ennemis assuré,
Dans sa chambre sacrée, dans un profond sommeil, il se reposa.
Il l'a nommé "Apsu" pour les sanctuaires qu'il lui a attribués.
C'est au même endroit qu'il fonda sa cabane de culte.
Ea et Damkina, sa femme, habitaient (là) dans la splendeur.
Dans la chambre des destins, la demeure des destins,
Un dieu a été engendré, le plus puissant et le plus sage des dieux.
Au cœur d'Apsu fut créé Marduk,
Au cœur du saint Apsu fut créé Marduk.
Celui qui l'a engendré était Ea, son père
Celle qui l'a conçu était Damkina, sa mère.
Le sein des déesses a-t-elle sucé.
L'infirmière qui l'a soigné l'a rempli de génialité.
Séduisante était sa silhouette, étincelant l'ascenseur dans ses yeux.
Lordly était sa démarche, commandant depuis toujours.
Quand Ea l'a vu, le père qui l'a engendré,
Il exultait et rayonnait, son cœur rempli de joie.
Il l'a rendu parfait et l'a doté d'une double divinité.
Très exalté était-il au-dessus d'eux, dépassant partout.
Parfaits étaient ses membres au-delà de l'entendement,
Inadapté à la compréhension, difficile à percevoir.
Quatre étaient ses yeux, quatre étaient ses oreilles
Quand il bougea ses lèvres, le feu jaillit.
Grands étaient tous les organes auditifs,
Et les yeux, en nombre égal, scrutaient toutes choses.
Il était le plus élevé des dieux, surpassant était sa stature
Ses membres étaient énormes, il était extrêmement grand.
"Mon petit-fils, mon petit-fils !
Mon fils, le Soleil ! Soleil des cieux !"
Revêtu du halo des dix dieux, il était fort à l'extrême,
Alors que leurs flashs impressionnants s'accumulaient sur lui.

Tiamat était dérangé, remuant nuit et jour.
Les dieux, par malice, contribuèrent à la tempête.
Leurs entrailles ayant comploté le mal.
A Tiamat ces frères dirent :
"Quand ils tuèrent Apsu, ton épouse,
Tu ne l'as pas aidé mais tu es resté immobile.
Bien qu'il ait façonné l'impressionnante scie,
Tes entrailles sont diluées et nous ne pouvons donc pas nous reposer.
Qu'Apsu, ton épouse, soit dans ton esprit
Et Mummu, qui a été vaincu ! Vous êtes laissé seul.

Puis se joignirent l'émission Tiamat et Marduk, le plus sage des dieux,
Ils ont balancé en combat singulier, enfermés dans la bataille.
Le seigneur étendit son filet pour l'envelopper,
Le Vent Malin, qui le suivait, lui lâcha le visage.
Quand Tiamat ouvrit la bouche pour le dévorer,
Il chassa le Mal Vent pour qu'elle ne ferme pas ses lèvres.
Tandis que les vents violents chargeaient son ventre,
Son corps était distendu et sa bouche était grande ouverte.
Il a lâché la flèche, elle lui a déchiré le ventre,
Cela lui transperça les entrailles, fendant le cœur.
L'ayant ainsi soumise, il éteint sa vie.
Il jeta sa carcasse pour se tenir dessus.
Le seigneur marcha sur les jambes de Tiamat,
Avec sa masse impitoyable, il lui écrasa le crâne.
Quand les artères de son sang qu'il avait sectionnées,
Le vent du Nord l'a porté à des endroits inconnus.
En voyant cela, ses pères étaient joyeux et jubilatoires,
Ils lui ont apporté des cadeaux d'hommage, eux.
Alors le seigneur s'arrêta pour voir son cadavre,
Qu'il puisse diviser le monstre et faire des œuvres astucieuses.
Il la fendit comme un coquillage en deux parties :
La moitié d'elle, il l'a érigé et a plafonné comme le ciel,
Abattu le bar et posté des gardes.
Il leur ordonna de ne pas laisser ses eaux s'échapper.
Il a traversé les cieux et arpenté (ses) régions.
Il a carré le quartier d'Apsu, la demeure de Nudimmud,
Comme le seigneur mesurait les dimensions d'Apsu.
La Grande Demeure, sa ressemblance, il la fixa comme Esharra,
La Grande Demeure, Esharra, qu'il fit comme le firmament.
Anu, Enlil, et Ea il fit occuper leurs places.

Quand Marduk entend les paroles des dieux,
Son cœur (le) pousse à façonner des œuvres d'art.
En ouvrant la bouche, il s'adresse à EA
Pour communiquer le plan, il s'adresse à EA
Pour communiquer le plan qu'il avait conçu dans son cœur :
"Je vais masser et désosser du sang.
J'établirai un sauvage, 'homme' sera son nom.
En vérité, homme sauvage que je créerai.
Il sera chargé du service des dieux
Qu'ils soient à l'aise ! Les voies des dieux, je vais habilement modifier.
Bien qu'ils soient également vénérés, ils seront divisés en deux (groupes).
Ea lui répondit en lui adressant un mot.
Pour lui rapporter un plan pour le soulagement des dieux :
"Qu'un seul de leurs frères soit livré"
Lui seul périra pour que l'humanité soit façonnée.
Que les grands dieux soient ici en Assemblée,
Que les coupables soient livrés pour qu'ils endurent."
Marduk a convoqué les grands dieux à l'Assemblée
Présidant gracieusement, il donna des instructions.
Cette déclaration, les dieux prêtent attention.
Le roi adresse un mot aux Anunnaki :
"Si votre affirmation précédente était vraie,
Faites (maintenant) la vérité sous serment par moi déclarer!
Qui est-ce qui a organisé le soulèvement,
Et a rendu Tiamat rebelle, et s'est engagé dans la bataille ?
Qu'on lui livre celui qui a organisé le soulèvement.
Je lui ferai supporter sa culpabilité afin que vous puissiez demeurer en paix ! »
Les Igigi, les grands dieux, lui répondirent :
A Lugaldimmerankia, conseiller des dieux, leur seigneur :
"C'est Kingu qui a organisé le soulèvement,
Et a fait Tiamat rebelle, et a rejoint la bataille."
Le ligoté le tenant devant Ea.
Ils lui ont imposé sa culpabilité et ont coupé son sang (vaisseaux).
De son sang, ils ont façonné l'humanité.
Il imposa le service et laissa libre les dieux.


Michael Zank

Posons-nous juste une question sur Genèse 1-11 en comparaison avec l'épopée de la création akkadienne : comment les êtres humains apparaissent-ils dans ces deux histoires ?

Pour poser cette question, nous n'avons pas besoin de décider à l'avance si les auteurs de Genesis ont délibérément produit un contre-récit prenant Enuma Elish comme repoussoir négatif ou Vorlage. Il y a des indications que c'était le cas, mais il peut être tout aussi bien de considérer la Genèse comme ayant été écrite par des érudits qui étaient conscients de la nécessité de produire quelque chose comme Enuma Elish pour le b'ney ha-golah (les exilés), quelque chose qui articulait et préservait les valeurs des Judaïtes et des Israélites dans une terre étrangère qui étaient aux prises avec des expériences de perte de souveraineté, de déportation, de déplacement et d'un avenir incertain.

L'histoire de la tour de Babel à elle seule indique que ces auteurs ont servi une communauté à la fois impressionnée et sceptique par les réalisations babyloniennes. Exposés à une civilisation beaucoup plus peuplée et puissante, les futurs « juifs » ont trouvé le langage pour diminuer ce qui était devant leurs yeux et le remettre à sa place d'une manière qui sonne encore profondément et vrai aujourd'hui.

Comment ont-ils fait ? Qu'est-ce qui, dans le langage de Genèse 1-11, permet d'atteindre ces résultats ? Ces résultats n'auraient pas pu être atteints si les auteurs de la Genèse avaient été entièrement ignorants ou complètement silencieux sur les questions babyloniennes. Ce n'est qu'en répondant dans leur propre idiome à l'ancien et bien connu mythe de la création akkadienne et, dans l'histoire du déluge, également aux éléments de Gilgamesh, qu'ils ont pu créer une histoire de la création qui devait se substituer à celle de leur babylonien plus puissant. hôtes. À long terme, la création de la Genèse plutôt que l'ancienne épopée akkadienne a servi de pierre de touche aux civilisations qui ont hérité de la Bible et l'ont diffusée à travers le monde.

Les mythes anciens qui ont poussé les auteurs de la Genèse à écrire comme ils l'ont fait n'ont jamais complètement disparu. On pourrait même dire que c'est la Genèse elle-même, avec ses allusions subtiles à des manières alternatives de concevoir le commencement, qui a préparé le terrain pour la récupération éventuelle de son autre intertextuel.

Tout comme nous savons maintenant, grâce à la récupération archéologique et épigraphique des textes et traditions du Proche-Orient ancien, que la Genèse n'est pas apparue dans un splendide isolement mais a été façonnée à partir de ses conditions préalables et à partir de contextes particuliers, nous pouvons également observer que la Genèse n'a pas agir dans un splendide isolement lorsqu'il est passé au statut d'histoire fondamentale d'autres communautés, même de nations et d'empires, qui ont lu ces anciens textes israélites et judaïstes dans de nouvelles situations et avec de nouveaux yeux, car ils lisent également ces textes avec leurs anciens yeux.

Il me semble que ces derniers lecteurs de la Genèse, eux-mêmes imprégnés de traditions babyloniennes, égyptiennes, syriaques, grecques et romaines, ont abordé le texte à partir de contextes et de connotations qui ressemblaient à ceux représentés dans Enuma Elish. Ils ne s'opposaient pas, par principe, à l'idée que le monde était «plein de dieux», comme l'enseignaient les stoïciens, ou que les mondes allaient et venaient et étaient sujets à la destruction et à la régénération. Leur univers était beaucoup plus coloré que ce que nous pourrions imaginer si nous abordons la Bible avec l'ascétisme mental et l'austérité puritaine des calvinistes. Les anciens lecteurs n'étaient guère iconoclastes. Le leur était un monde d'êtres divins, de messagers, de pouvoirs gouvernant l'air et d'un Être suprême gouvernant tout. Cet Être suprême, le Dieu caché aux yeux des hommes, ne résidait pas dans un splendide isolement mais entouré d'une cour et heureux d'avoir un fils créé à sa ressemblance qui obéissait au point de sacrifier son propre bonheur pour plaire à ses père. En d'autres termes, le leur était le monde d'Enuma Elish, ou un monde qui lui ressemble beaucoup.

Posons-nous donc cette seule question. Quel est le rôle de l'être humain dans Enuma Elish et quel est le rôle de l'être humain dans Genèse 1-11 ?

En ce qui concerne la réponse à cette question, la différence entre ces textes ne pourrait être plus prononcée. Cette différence n'aurait aucun sens si les textes ne pouvaient pas être comparés, si ces textes n'avaient aucun rapport les uns avec les autres, s'il n'y avait pas d'« intertextualité » qui les lie juste assez pour voir où ils s'alignent et où ils s'écartent les uns des autres.

Pour répondre brièvement, alors que dans Enuma Elish la création des êtres humains est une réflexion après coup et leur but est de servir d'accessoire au style de vie des dieux, la création de la Genèse met les êtres humains à la place des dieux. Ce n'est pas par hasard lorsque le psalmiste songe : « Tu l'as fait à peine moins que Dieu » (Psaume 8 :5).

Genèse 1 dissimule à peine l'existence de la suite divine, des dieux et des anges inférieurs, mais elle les réduit à des spectateurs et à un chœur silencieux.(Voir Gen 1:26) Ce n'est que plus tard, dans le midrash rabbinique, que les spectateurs et le chœur silencieux reçoivent des paroles qui sont sans vergogne [1] supposées avoir été prononcées avant la création de l'être humain. [2] Comme les chrétiens, les juifs de l'Antiquité tardive imaginaient Dieu comme faisant partie d'un plérome, un plein plutôt qu'un vide.

Ainsi, la différence de la Genèse n'est pas qu'il n'y a pas de dieux inférieurs ou d'êtres divins, mais qu'elle est presque complètement silencieuse à leur sujet. Cela inclut un silence à peine reconnu, un peut-être-qui-a-des-oreilles-pour-entendre-l'allusion de quelque chose dont on se souvient à peine, ou plutôt bien dont on se souvient maintenant à peine, à savoir, le grand mythe du combat qui fut lié de manière indélébile à la réputation de Marduk, dieu des villes, qui doit être ignoré, mais pas entièrement oublié. Cela aussi, les lecteurs ultérieurs s'en souviendront bien. Non seulement ceux qui se souviennent du dragon du chaos d'eau salée vaincu, cette déesse monstrueuse Tiamat tuée au début pour sauver les dieux et de la carcasse de laquelle le monde habitable a été créé, mais d'autres aussi, qui croyaient que YHWH Elohim a tué Rahab et capturé le Léviathan dont chair sera la fête des justes à la fin des jours. (Rahab : voir Job 9:13 et Job 26:12, Psaume 89:10, Isa 59:9 Léviathan : voir Job 3:8, 41:1.12, Psaume 74:14, 104:26, Isa 27:1) Ces des images vivantes de la menace primordiale à l'existence contenues par l'intervention divine héroïque sont revenues dans les histoires sur les batailles du Christ et des saints contre Satan et son sort.

Encore une fois, la création de Genesis contient tout cela mais y fait à peine allusion. Au lieu de cela, il braque ses projecteurs sur l'être humain. Toutes les autres questions sont rendues inutiles : où était le vent de Dieu avant qu'il ne plane au-dessus de l'abîme/tehom ? Pourquoi et dans quel but a-t-il façonné ce qu'il a dit ? Pourquoi, dans son majestueux soliloque cohortatif, crée-t-il les êtres humains « à notre ressemblance » ? Ea n'a-t-il pas façonné Marduk à sa ressemblance ? Le Christ n'est-il pas la vraie ressemblance de Dieu, celui qui est même appelé par son nom, un véritable "fils du soleil" ou, comme dans le credo orthodoxe, "lumière de la lumière?"

Dans la Genèse, la filiation ou légèrement inférieure à la Divinité est conférée aux êtres humains. Dans Enuma Elish, d'autre part, les humains sont créés à partir du sang de Kingu, une figure maléfique, et par conséquent, leur esclavage éternel aux dieux est plus que superficiel. C'est une condition qui ne peut pas être éliminée. C'est leur destin de servir les dieux.

L'histoire que les Babyloniens lisent et rejouent chaque automne pendant la saison du Nouvel An concerne la royauté divine, la royauté de Marduk et la royauté et le sacerdoce de quelques-uns, leur droit de régner sur le plus grand nombre : les humains sont censés nourrir les dieux. Sans les dieux et leur protection, assidûment médiatisés par le prêtre-roi, ils n'avaient rien à manger eux-mêmes. Le mérite éternel des dieux repose sur le fait qu'ils fournissent les conditions de vie, tandis que la vie reste sous la fragile protection des dieux. Arrêtez de nourrir les dieux et voyez ce qui se passe. Changez leurs rites et vous échouerez. Dérangez leurs temples et privez-les de leurs sacrifices appropriés et vous périrez.

Ce n'est pas un hasard si les Juifs babyloniens, et les Juifs depuis lors, se souviennent de la création et de la royauté divine à l'automne, la saison où le monde a été créé. Comme le Nouvel An babylonien, les festivités juives se déroulent du premier du mois de Tishrey (les noms des mois juifs sont babyloniens) au dixième du mois, le jour solennel des expiations, suivi de huit jours de festivités saisonnières rappelant le séjour des Israélites dans le désert. Bien qu'il n'y ait aucune référence manifeste à la religion babylonienne, la manière dont les Juifs rappellent la création et l'associent à l'intronisation divine fait écho à la séquence des événements d'Enuma Elish. La création et l'intronisation divine ne sont significativement associées que si la création implique une affirmation du pouvoir suprême sur la non-création, le chaos, la perdition. Comme dans Enuma Elish, mais pas aussi évidemment dans Genesis. Pas si on le lit avec la gamme diminuée d'harmoniques qui étaient encore audibles à ceux aux oreilles desquels résonnaient ces autres airs.


Enuma Elish Poema Completo Pdf Télécharger

Dans la genèse, nilikha ni elohim est le tao dans lequel vous avez commencé à apprendre les diyos. Tanto el dios del Sol como el Sol mismo. Genèse 1 et Enuma Elish publiés : Gore montre les similitudes importantes, mais met également en évidence les différences significatives entre les deux récits, et explique pourquoi la comparaison devrait être importante pour nous.

EC 61 deja en 16blanco. Grayson, EC 65 [] pas d'intégra. VI y VII 17, y Las iniciales EEdesignan al Enuma Elish. TV et découvrez gratuitement les dernières nouveautés musicales et listes de lecture.

Leer El poema de la POEMA DE creacion descargar

Langdon, ménologies babyloniennes Qxford, 90 n. Ces tablettes étonnantes détaillent les origines de notre Galaxie et l'émergence secrète de notre système solaire. Para la lectura de estos vv. Tallqvist, AG Le poème a été traduit par N.


Enuma Elish - L'épopée babylonienne de la création - Texte intégral - Histoire

Le mythe babylonien/mésopotamien de la création, Enuma Elish, When on high, a été écrit au plus tard sous le règne de Nabuchodonosor au XIIe siècle avant notre ère. Mais il ne fait également aucun doute que cette histoire a été écrite bien plus tôt, à l'époque des Sumériens. Jetant un nouvel éclairage sur les anciens, Henry Layard a trouvé dans les ruines de la bibliothèque d'Assurbanipal à Ninive, des textes qui n'étaient pas sans rappeler la création de la Genèse dans la Bible. George Smith a publié ces textes pour la première fois en 1876 sous le titre « The Chaldean Genesis ». Texte akkadien écrit dans l'ancien dialecte babylonien.

Quand en haut le ciel n'avait pas été nommé,
La terre ferme ci-dessous n'avait pas été appelée par son nom,
Rien d'autre qu'Apsu primordial, leur géniteur,
(Et) Mummu-Tiamat, elle qui les a tous portés,
Leurs eaux se mélangeant comme un seul corps
Aucune hutte de roseau n'avait été emmêlée, aucun marais n'était apparu,
Quand aucun dieu n'avait été créé,
Non appelés par leur nom, leurs destins indéterminés-
C'est alors que les dieux se formèrent en eux.
Lahmu et Lahamu ont été amenés, par leur nom, ils ont été appelés.
Pendant des éons, ils ont grandi en âge et en stature.
Anshar et Kishar se sont formés, surpassant les autres.
Ils prolongeaient les jours, rajoutaient les années.
Anu était leur fils, de ses pères le rival
Oui, le premier-né d'Anshar, Anu était son égal.
Anu a engendré à son image Nudimmud.
Ce Nudimmud était de ses pères le maître
De grande sagesse, de compréhension, puissant en force,
De loin plus puissant que son grand-père, Anshar.
Il n'avait pas de rival parmi les dieux, ses frères.
Les frères divins se sont unis,
Ils ont dérangé Tiamat alors qu'ils faisaient des allers-retours,
Ouais, ils ont troublé l'humeur de Tiamat
Par leur hilarité dans la Demeure du Ciel.
Apsu ne pouvait pas diminuer leur clameur
Et Tiamat était sans voix devant leurs manières.
Leurs actions étaient répugnantes pour (. . .).
Peu recommandables étaient leurs manières qu'ils étaient autoritaires.
Puis Apsu, l'engendre des grands dieux,
S'écria en s'adressant à Mummu, son vizir :
"O Mummu. mon vizir, qui réjouis mon esprit,
Viens ici et allons à Tiamat!"
Ils allèrent s'asseoir devant Tiamat,
Échanger des conseils sur les dieux, leur premier-né.
Apsu, ouvrant la bouche,
Dit à la resplendissante Tiamat :
« Leurs voies me sont vraiment répugnantes.
Le jour je ne trouve pas de soulagement, ni de repos la nuit.
Je détruirai, je briserai leurs chemins,
Ce calme peut être restauré. Reposons-nous !"
Dès que Tiamat entendit cela,
Elle était en colère et a appelé son mari.
Elle a crié affligée, alors qu'elle se déchaînait toute seule,
Injecter du malheur dans son humeur :
« Quoi ? Devrions-nous détruire ce que nous avons construit ?
Leurs voies sont en effet pénibles, mais soyons attentifs avec bonté !"
Mauvais désir et peu aimable était le conseil de Mummu :
« Détruisez, mon père, les voies mutines.
Alors tu seras soulagé le jour et te reposeras la nuit!"
Quand Apsu entendit cela, son visage devint radieux
A cause du mal qu'il a planifié contre les dieux, ses fils.
Quant à Mummu, par le cou il l'embrassa
As (celui-là) s'est assis sur ses genoux pour l'embrasser.
(Maintenant) tout ce qu'ils ont comploté entre eux
A été répété aux dieux, leur premier-né.
Quand les dieux entendirent (ceci), ils s'agitèrent,
(Puis) est tombé dans le silence et est resté sans voix,
Dépassant en sagesse, accompli, débrouillard,
Ea, le tout sage, a percé leur plan.
Une conception de maître contre elle qu'il a conçue et mise en place,
Rendu astucieux son sort contre elle, surpassant et saint.
Il l'a récité et l'a fait subsister dans les profondeurs,
Alors qu'il dormait sur lui. Endormi, il gisait.
Quand Apsu il s'allongea, trempé de sommeil,
Mummu, le conseiller, était impuissant à bouger,
Il a desserré son bracelet, arraché sa tiare,
A enlevé son halo (et) l'a mis sur lui-même.
Après avoir enchaîné Apsu, il le tua.
Mummu, il s'est lié et a laissé derrière lui la serrure.
Ayant ainsi établi sa demeure sur Apsu,
Il s'empara de Mummu, le tenant par la corde du nez.
Après avoir vaincu et foulé aux pieds ses ennemis,
Ea, son triomphe sur ses ennemis assuré,
Dans sa chambre sacrée, dans un profond sommeil, il se reposa.
Il l'a nommé « Apsu », pour les sanctuaires qu'il (lui) a assignés.
C'est au même endroit qu'il fonda sa cabane de culte.
Ea et Damkina, sa femme, habitaient (là) dans la splendeur.
Dans la chambre des destins, la demeure des destins,
Un dieu a été engendré, le plus puissant et le plus sage des dieux.
Au cœur d'Apsu fut créé Marduk,
Au cœur du saint Apsu fut créé Marduk.
Celui qui l'a engendré était Ea, son père
Celle qui l'a conçu était Damkina, sa mère.
Le sein des déesses a-t-elle sucé.
L'infirmière qui l'a soigné l'a rempli de génialité.
Séduisante était sa silhouette, étincelant l'ascenseur dans ses yeux.
Lordly était sa démarche, commandant depuis toujours.
Quand Ea l'a vu, le père qui l'a engendré,
Il exultait et rayonnait, son cœur rempli de joie.
Il l'a rendu parfait et l'a doté d'une double divinité.
Très exalté était-il au-dessus d'eux, dépassant partout.
Parfaits étaient ses membres au-delà de l'entendement,
Inadapté à la compréhension, difficile à percevoir.
Quatre étaient ses yeux, quatre étaient ses oreilles
Quand il bougea ses lèvres, le feu jaillit.
Grands étaient tous les organes auditifs,
Et les yeux, en nombre égal, scrutaient toutes choses.
Il était le plus élevé des dieux, surpassant était sa stature
Ses membres étaient énormes, il était extrêmement grand.
« Mon petit fils, mon petit fils !
Mon fils, le Soleil ! Soleil des cieux !"
Revêtu du halo des dix dieux, il était fort à l'extrême,
Alors que leurs flashs impressionnants s'accumulaient sur lui.

Tiamat était dérangé, remuant nuit et jour.
Les dieux, par malice, contribuèrent à la tempête.
Leurs entrailles ayant comploté le mal.
A Tiamat ces frères dirent :
"Quand ils tuèrent Apsu, ton épouse,
Tu ne l'as pas aidé mais tu es resté immobile.
Bien qu'il ait façonné l'impressionnante scie,
Tes entrailles sont diluées et nous ne pouvons donc pas nous reposer.
Qu'Apsu, ton épouse, soit dans ton esprit
Et Mummu, qui a été vaincu ! Vous êtes laissé seul.

Puis se joignirent l'émission Tiamat et Marduk, le plus sage des dieux,
Ils ont balancé en combat singulier, enfermés dans la bataille.
Le seigneur étendit son filet pour l'envelopper,
Le Vent Malin, qui le suivait, lui lâcha le visage.
Quand Tiamat ouvrit la bouche pour le dévorer,
Il chassa le Mal Vent pour qu'elle ne ferme pas ses lèvres.
Tandis que les vents violents chargeaient son ventre,
Son corps était distendu et sa bouche était grande ouverte.
Il a lâché la flèche, elle lui a déchiré le ventre,
Cela lui transperça les entrailles, fendant le cœur.
L'ayant ainsi soumise, il éteint sa vie.
Il jeta sa carcasse pour se tenir dessus.
Le seigneur marcha sur les jambes de Tiamat,
Avec sa masse impitoyable, il lui écrasa le crâne.
Quand les artères de son sang qu'il avait sectionnées,
Le vent du Nord l'a porté à des endroits inconnus.
En voyant cela, ses pères étaient joyeux et jubilatoires,
Ils lui ont apporté des cadeaux d'hommage, eux.
Alors le seigneur s'arrêta pour voir son cadavre,
Qu'il puisse diviser le monstre et faire des œuvres astucieuses.
Il la fendit comme un coquillage en deux parties :
La moitié d'elle, il l'a érigé et a plafonné comme le ciel,
Abattu le bar et posté des gardes.
Il leur ordonna de ne pas laisser ses eaux s'échapper.
Il a traversé les cieux et arpenté (ses) régions.
Il a carré le quartier d'Apsu, la demeure de Nudimmud,
Comme le seigneur mesurait les dimensions d'Apsu.
La Grande Demeure, sa ressemblance, il la fixa comme Esharra,
La Grande Demeure, Esharra, qu'il fit comme le firmament.
Anu, Enlil, et Ea il fit occuper leurs places.

Quand Marduk entend les paroles des dieux,
Son cœur (le) pousse à façonner des œuvres d'art.
En ouvrant la bouche, il s'adresse à EA
Pour communiquer le plan, il s'adresse à EA
Pour communiquer le plan qu'il avait conçu dans son cœur :
"Je vais masser du sang et faire en sorte qu'il soit désossé.
J'établirai un sauvage, 'homme' sera son nom.
En vérité, homme sauvage que je créerai.
Il sera chargé du service des dieux
Qu'ils soient à l'aise ! Les voies des dieux, je vais habilement modifier.
Bien qu'ils soient également vénérés, ils seront divisés en deux (groupes)."
Ea lui répondit en lui adressant un mot.
Pour lui rapporter un plan pour le soulagement des dieux :
« Qu'un seul de leurs frères soit livré »
Lui seul périra pour que l'humanité soit façonnée.
Que les grands dieux soient ici en Assemblée,
Que les coupables soient livrés pour qu'ils endurent."
Marduk a convoqué les grands dieux à l'Assemblée
Présidant gracieusement, il donna des instructions.
Cette déclaration, les dieux prêtent attention.
Le roi adresse un mot aux Anunnaki :
« Si votre déclaration précédente était vraie,
Faites (maintenant) la vérité sous serment par moi déclarer!
Qui est-ce qui a organisé le soulèvement,
Et a rendu Tiamat rebelle, et s'est engagé dans la bataille ?
Qu'on lui livre celui qui a organisé le soulèvement.
Je lui ferai supporter sa culpabilité afin que vous puissiez habiter en paix!"
Les Igigi, les grands dieux, lui répondirent :
A Lugaldimmerankia, conseiller des dieux, leur seigneur :
"C'est Kingu qui a organisé le soulèvement,
Et a fait Tiamat rebelle, et a rejoint la bataille."
Le ligoté le tenant devant Ea.
Ils lui ont imposé sa culpabilité et ont coupé son sang (vaisseaux).
De son sang, ils ont façonné l'humanité.
Il imposa le service et laissa libre les dieux.


L'Enuma Elish : Une histoire de création babylonienne

L'histoire de la Genèse n'est pas la seule histoire de la création ancienne. En fait, presque chaque culture ancienne avait sa propre histoire sur la façon dont le monde est venu à exister. Chaque histoire reflétait beaucoup sur la façon dont les gens de sa culture considéraient leur monde. Pour cette raison, il est intéressant de noter que la vision du monde reflétée dans l'histoire de la création de la Genèse était très différente de la vision du monde reflétée par les histoires de création d'autres cultures dans le monde antique.

Par exemple, les Babyloniens, puissants voisins des Israélites qui à un moment donné les ont conquis, avaient une histoire de création appelée Enuma Elish. Cette histoire décrivait un monde né de la violence des dieux.

Au début, les dieux Apsu et Tiamat donnent naissance à des dieux plus jeunes, qui font tellement de bruit que les dieux plus âgés ne peuvent pas dormir. Apsu et Tiamat décident de faire taire leurs enfants en les tuant, mais l'un des jeunes dieux, Ea, découvre le plan et tue Apsu en premier.

Cela met Tiamat très en colère et elle jure de venger son compagnon décédé. Terrifiés, les enfants supplient le plus jeune d'entre eux, Marduk, de combattre Tiamat. Il accepte, mais seulement après que les autres dieux disent qu'ils en feront leur souverain s'il réussit.

Marduk attrape Tiamat dans un filet et pousse un vent maléfique dans sa gorge, faisant gonfler son ventre comme un ballon. Puis il tire une flèche qui lui fait éclater le ventre et lui transperce le cœur. Il lui brise le crâne et étend son cadavre.

Marduk crée le monde à partir du cadavre de Tiamat. Les dieux qui s'étaient rangés du côté de Tiamat sont emprisonnés. Marduk et Ea tuent l'un des dieux captifs et font des êtres humains du sang du dieu. Les êtres humains, selon l'histoire babylonienne, sont faits pour être les serviteurs des dieux. (Adapté de Wink, Engager les puissances, pages 14-15)

L'Enuma Elish reflète une croyance fondamentale de la culture babylonienne : seule la violence peut faire sortir l'ordre du chaos. En revanche, l'histoire de la Genèse reflète la conviction que l'amour, et non la violence, est ce qui fait sortir la bonté du chaos.

Alors que plus personne ne croit littéralement à l'Enuma Elish, beaucoup de gens croient en son hypothèse de base - que la violence, la division et la domination sont nécessaires pour maintenir l'ordre dans le monde. Les chrétiens, en revanche, croient que le chemin vers un monde de bonté est l'amour et la compassion.


Relation avec la Bible

Les Enûma Eliš a été reconnu comme ayant une relation étroite avec la création juive dans la Genèse dès sa première publication (Smith 1876), et ce fut une étape importante dans la reconnaissance des racines du récit trouvé dans la Bible, et dans le Proche-Orient ancien ancien (cananéen et mythe mésopotamien).

Les anciens Mésopotamiens croyaient que la terre était un disque circulaire plat entouré d'une mer d'eau salée. La terre habitable était un seul continent géant à l'intérieur de cette mer, et flottait sur une deuxième mer, l'eau douce apsu, qui fournissait l'eau des sources, des puits et des rivières et était reliée à la mer d'eau salée. Le ciel était un disque solide au-dessus de la terre, courbé pour toucher la terre à son bord, avec la demeure des dieux au-dessus du ciel ou au sommet du ciel solide, et parfois les dieux étaient des habitants des hauteurs entre la terre et le ciel. Pour autant qu'on puisse le déduire des indices de l'histoire de la création dans la Bible et dans Matthieu 4:8 du Nouveau Testament, la géographie ancienne était identique à celle des Babyloniens : une terre circulaire plate flottant au-dessus d'une mer d'eau douce, entourée d'un bassin d'eau salée. mer, avec un solide dôme céleste (raqi, le "firmament") ci-dessus. C'est la création de ce monde qui Enûma Eliš et Genèse 1 décrivent. Γ] Δ]

Genèse 1:1-3 peut être considéré comme décrivant l'état de chaos juste avant la création de Dieu : Ε]

« Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. La terre était sans forme et vide, et les ténèbres étaient au-dessus de l'abîme. Et l'Esprit de Dieu planait au-dessus des eaux.

Et Dieu a dit : ‘Que la lumière soit’, et il y avait de la lumière.

" Ζ]

À la fois Enûma Eliš et la Genèse, la création est un acte de parole divine Enûma Eliš décrit la pré-création comme un temps « où au-dessus, le ciel ou les hauteurs n'avaient pas été nommés, et au-dessous la terre n'avait pas été appelée par son nom », tandis que dans la Genèse chaque acte de création divine est introduit par la formule : « Et Dieu dit , qu'il y ait. ". La séquence de création est similaire : lumière, firmament, terre sèche, luminaires et homme. À la fois Enûma Eliš et la Genèse, le monde primordial est informe et vide (le tohu wa bohu de Genèse 1:2), la seule chose existante l'abîme aqueux qui existe avant la création (le dieu de Tiamat dans le Enûma Eliš, təhom, le "profond", un apparenté linguistique de tiamat, dans Genèse 1:2), comme avec celui des mythes de la création égyptienne, l'abîme aqueux étant une divinité nommée Nu. Dans les deux cas, le firmament, conçu comme un bol inversé solide, est créé au milieu des eaux primitives pour séparer le ciel ou les hauteurs de la terre (Genèse 1:6-7, Enûma Eliš 4:137-40). Le jour et la nuit précèdent la création des corps lumineux (Gen. 1:5, 8, 13 et 14ff. Enûma Eliš 1:38), dont la fonction est de donner la lumière et de régler le temps (Gen. 1:14 Enûma Eliš 5:12-13). Dans Enûma Eliš, les dieux se consultent avant de créer l'homme (6:4), tandis que la Genèse a : "Faisons l'homme à notre image. " (Genèse 1:26) – et dans les deux, la création de l'homme est suivie du repos divin.

Cependant, ces parallèles ne suggèrent pas nécessairement que les croyances hébraïques sur la nature de Dieu et la création peuvent être complètement expliquées comme ayant leurs origines dans les mythes de la création de l'époque. Au contraire, de nombreux spécialistes de la Bible considèrent les textes de la Genèse comme abordant de manière polémique la vision du monde babylonienne. Par exemple, Conrad Hyers, du Princeton Theological Seminary, soutient que la composition du récit de création de Genèse 1 n'est pas « une question d'emprunt, car on pourrait emprunter un œuf ici et une tasse de sucre là, ou même une nouvelle recette. Le but n'est pas de s'approprier une forme supérieure, ni de faire un compromis éclectique, ni même d'améliorer les cosmologies païennes. Il s'agit plutôt de répudier la divinisation de la nature et les mythes qui l'accompagnent des origines divines, du conflit divin et de l'ascension divine. le grand Marduk, dont on disait qu'il était né des dieux, victorieux des forces chaotiques et élevé à la suprématie parmi les dieux, n'était pas du tout un dieu." Η]


Voir la vidéo: Fate Grand Order: Babylonia 魔獣戦線バビロニア Gilgameš Enuma Elish comparison sdr and hdr (Décembre 2021).